07202018Ven

Iran - un ancien prisonnier politique qui a échappé au massacre de 1988, ‘personne n’a été épargné’

Iran - un ancien prisonnier politique qui a échappé au massacre de 1988, ‘personne n’a été épargné’

Londres, 6 Octobre – Dans son article publié le 4 octobre dans le National Post, Mostafa Naderi écrit au sujet de son soulagement lorsqu’il a appris que le professeur irano-canadien Homa Hoodfar avait été libérée de la prison d’Evin, et a quitté l’Iran en toute sécurité. « J’ai une connaissance de ce qu’elle a traversé, » a-t-il déclaré.

Naderi a été condamné à 11 ans de prison, en 1981, pour opposition politique et pour activités liées aux droits de l’homme. Comme nous le savons maintenant, son emprisonnement a eu lieu à un moment de grand bouleversement, et si ce n’était pas grâce à une série d’évènements heureux, il aurait pu être une des 30.000 victimes du massacre des prisonniers politiques en Iran en 1988.

A 17 ans, Naderi a été arrêté pour avoir supporté et vendu la publication de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI/MEK). Sept ans plus tard, en 1988, il a été transféré à l’hôpital de la prison pour le traitement de ses pieds, qui avaient été blessés au cours d’une flagellation. « Quand j’ai repris connaissance, » a-t-il dit, « un autre prisonnier m’a dit que mon nom avait été appelé par les autorités à plusieurs reprises. ‘Qui me cherchait ?’ ai-je demandé. Je n’avais pas immédiatement compris ce qui se passait, mais quand je suis retourné dans ma cellule et que j’ai vu 60 autres prisonniers debout dans la salle, j’ai commencé à reconstituer les morceaux. »

L’Ayatollah Ruhollah Khomeini avait publié une fatwa ordonnant le massacre des prisonniers politiques, particulièrement les militants de l’OMPI. Ces 60 prisonniers avaient été exécutés. « Personne n’a été épargné – personne, » a-t-il affirmé.

Il a appris plus tard que Khomeini avait dépêché des Comités d’Amnistie, également connus comme les escadrons de la mort, dans les prisons, qui devraient demander à chaque prisonnier politique son appartenance. Ceux qui ne s’étaient pas repentis de leurs anciennes activités politiques et ne s’étaient pas totalement soumis à la théocratie avaient été accusés de « guerre contre Dieu. »

 

Lire l'article complet

Recherche

Iran, Les ouvriers du terminal de fret routier de Ispahan, rejoignent la grève nationale. le 31 mai

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS