06252018Lun

Grèves et mouvements sociaux en Iran : La grève des camionneurs

iran-camionneur-1240

Les mouvements de grèves et manifestations se multiplient en Iran. Face à cette vague sociale sans précédent qui rappelle la fin du règne du chah, le régime est de plus en plus inquiet et clairement menacé. Analysons le cas de la grève des camionneurs.


Une grève de grande ampleur
Depuis le 22 mai, les camionneurs refusent de charger des marchandises et ont annoncé qu’ils poursuivraient la grève jusqu’à satisfaction de leurs revendications. Les motifs de leurs revendications sont les suivants :

- La détérioration de leurs moyens de subsistance

- Les tarifs trop bas

- Les coûts logistiques élevés

- Les extorsions sous prétexte de tarifs douaniers

Dès le premier jour, la grève a touché 93 villes dans 25 provinces, y compris l'Azarbaijan occidental, de l'Azarbaijan oriental, de Kermanshah, du Kurdistan, d'Ispahan, d'Ilam, de Khorasan Razavi, de Khorasan Nord et de Khorasan Sud, Chahar Mahal et Bakhtiari, Khuzestan, Zanjan, Sistan et Balouchestan, Semnan, Fars, Qazvin, Kerman, Gilan, Mazandaran, Markazi, Hormozgan, Hamedan, Yazd et Bushehr.

Au 24 mai, le mouvement s’étendait à 168 villes dans 29 provinces, et la liste ne cesse de s’allonger. En outre, elle est soutenue par une grande partie de la population, à l’instar des chauffeurs de taxi de certaines régions qui se sont également mis en grève.

L'économie affectée

Cette grève a un profond impact sur l'économie du régime, étant donné que l'essentiel des échanges de marchandises du pays s'effectue par voie routière. En outre, une grande partie du fuel et de l'eau sont acheminé par les tankers. Le pays est paralysé, et de nombreuses stations-services de Téhéran et d’autres régions font face à une pénurie d’essence.

Par ailleurs, le processus d’importation et d’exportation est également perturbé en raison de la fermeture de nombreux terminaux douaniers.


Le gouvernement inquiet

Face à l’ampleur de ces mouvements de grève et manifestations, le régime s’affole. Depuis les mois de janvier, il tente tant bien que mal d’enrayer les mouvements sociaux en utilisant la répression, les menaces et d’autres moyens dissuasifs.

D’ailleurs, les agents du Renseignement iranien ont déjà envoyé des SMS de menace sur les dispositifs mobiles des camionneurs, et ont convoqué plusieurs d’entre eux dans les antennes du ministère du renseignement de leur ville.

Les Gardiens de la Révolution ont également tenté d’interrompre la grève, notamment en exerçant une pression sur les transporteurs de carburant et en faisant circuler des camions citernes escortés par les pasdaran. Toutefois, les grévistes contrôlent les routes principales et empêchent les saboteurs de grève de mener à bien leur stratégie.

Enfin, les agents du régime ont utilisé plusieurs subterfuges afin de créer des désaccords entre les chauffeurs de poids lourds. Par exemple, dans certaines villes, à l’instar d’Ispahan, ils ont augmenté leurs tarifs, essuyant le refus des camionneurs. À Bandar-Anzali, un avis signé par la direction de l’Association des automobilistes et le Syndicat des compagnies a été affiché, indiquant une augmentation de 12% du prix du transport maritime de Bandar Anzali, et une augmentation de 17% du prix du transport maritime en vrac. Cependant, les grévistes ne se laissent pas intimider et poursuivent leur mouvement, une preuve supplémentaire que le régime est bel et bien entré dans une phase de déclin et perd de sa puissance.

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a appelé la population à soutenir les camionneurs et demandé aux organisations internationales de défense des droits des travailleurs de condamner les mesures répressives du régime islamiste.

Les opposants iraniens ont appelé au grand rassemblement de la diaspora iranienne le 30 juin à Villepinte à soutenir les mouvements sociaux en Iran.

 

 

Recherche

Iran, Les ouvriers du terminal de fret routier de Ispahan, rejoignent la grève nationale. le 31 mai

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS