La France met en garde Téhéran sur le sort de Nasrin Sotoudeh

La France met en garde Téhéran sur le sort de Nasrin Sotoudeh

PARIS (Reuters) - Les efforts de la France pour sauver l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien ne sont pas "un blanc-seing accordé à l'Iran, et certainement pas en matière de droits de l'Homme", a déclaré jeudi Jean-Yves Le Drian, qui a appelé à la libération de l'avocate Nasrin Sotoudeh. 

Cette militante des droits de l'Homme, en détention depuis juin 2018, a été condamnée en février à une lourde peine de prison et 148 coups de fouet.

 "Elle a été condamnée dans des conditions ahurissantes", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères lors de la séance des questions au gouvernement au Sénat, soulignant "l'indignation" de la France.

"Nous avons fait des efforts considérables avec l'Iran pour préserver l'accord nucléaire en dépit du retrait américain. Nous le faisons parce que nous honorons notre signature, mais l'Iran doit aussi respecter ses engagements et en particulier ceux du pacte international relatif aux droits civils et politiques", a dit Jean-Yves Le Drian.

 "Notre souci de préserver l'accord de Vienne n'est pas un blanc-seing accordé à l'Iran, et certainement pas en matière de droits de l'Homme. C'est pourquoi nous ferons tout pour obtenir la libération de Madame Soutodeh", a-t-il ajouté.