Par Pooya Stone

L'un après l'autre, les responsables du régime iraniens reconnaissent que leurs forces de sécurité ont abattu des innocents lors de la répression sanglante des récentes manifestations.

Le 6 décembre 2019, lors de la prière du vendredi dans la ville d'Asalam, au nord de l'Iran, Mohammad Javad Bagheri, l'imam de la prière du vendredi et représentant du guide suprême, a déclaré que des "voyous" avaient été abattus lors des manifestations et nombre de ceux qui ont été tués étaient des «passants».

"Au cours des dernières semaines, vous avez été témoin du chaos et de l'anarchie qui ont été créés sous le prétexte de la hausse du prix de l'essence ; nous souffrons toujours des conséquences de cet événement. voyez combien de personnes ont perdu la vie à cause de cela, eh bien, vous voyez, au milieu des heurts il y a des coups de feu et des balles, et même si vous êtes impartial et spectateur, mais entrez dans la scène, il est possible qu'une de ces balles vous frappe, comme c'était le cas avec beaucoup de gens qui ont été tués. Beaucoup de ceux qui ont été tués ont pu être des passants. Quelqu'un me disait que pendant son hospitalisation dans un hôpital de Téhéran, il y avait une infirmière qui se tenait près de la fenêtre pour filmer la rue et elle a été touchée par une balle au milieu du front », a déclaré Bagheri lors de la prière du vendredi.

Les responsables du régime ont reconnu que les forces de sécurité ont utilisé des armes à feu pour réprimer les manifestations. Un reportage de la télévision d'État a déclaré mardi que certains manifestants tués lors de la répression étaient des «émeutiers qui avaient attaqué des centres sensibles ou militaires avec des armes à feu». Il a expliqué que les forces armées ont «habilement riposté contre les goupes hostiles».

Le 6 décembre 2019, Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, a publié une déclaration affirmant être armée par "le manque de transparence persistant concernant les victimes et le traitement de milliers de détenus" lors des récentes manifestations en Iran. Elle a déclaré que le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme avait des preuves vidéo montrant que les forces de sécurité du régime iranien avaient "tiré pour tuer" des manifestants lors de la dernière vague de manifestations en Iran.

Amnesty International a indiqué que 208 personnes ont été tuées en Iran selon des informations crédibles reçues par l'organisation et que le chiffre réel est probablement plus élevé.

«Ce nombre alarmant de morts est une preuve supplémentaire que les forces de sécurité iraniennes ont commis une horrible vague de tueries qui a fait au moins 208 morts en moins d’une semaine. Ce nombre de morts choquant montre le mépris honteux des autorités iraniennes pour la vie humaine », a déclaré Philip Luther, directeur de la recherche et du plaidoyer pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International.

Lors d'un point de presse mercredi, le représentant spécial du département d'État américain pour l'Iran, Brian Hook, a déclaré que le régime iranien "aurait assassiné plus de 1 000 citoyens iraniens", lors de récentes manifestations.

Le principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), a publié les noms de 350 personnes tuées par les forces de sécurité du régime lors des manifestations. L'OMPI Iran a également annoncé que le nombre de manifestants tués par le régime dépasse les 1000, avec plusieurs mineurs parmi les victimes.

Dans une déclaration publiée vendredi par le Secrétariat du Conseil national de la résistance d'Iran (CNRI), «Mme Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI a salué les martyrs héroïques du soulèvement et a appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies, l'Union européenne et ses États membres à condamner cet horrible massacre commis par le régime iranien et de prendre des mesures urgentes pour mettre fin à ce crime contre l'humanité et obtenir la libération de toutes les personnes arrêtées. "

Recherche

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS