Par Pooya Stone

Alors que le nombre de personnes décédées à cause du coronavirus augmente en Iran, les organisations internationales font état de taux de mortalité cinq fois supérieurs à ceux fournis par le régime.

Selon les dernières statistiques fiables, Rick Brennan, directeur des opérations d'urgence du nouveau programme d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre réel de personnes atteintes de coronavirus en Iran est d’environ 75 000.

Depuis les derniers jours de février, lorsque le régime des mollahs a officiellement reconnu l'existence du coronavirus en Iran, le mot le plus commun qui est venu avec le mot «coronavirus» est «quarantaine». La demande de mise en quarantaine de la ville de Qom a été entendue par les milieux médicaux et scientifiques dès les premiers jours pour empêcher le virus de se propager dans d'autres villes, mais le régime ne l'a pas acceptée.

La Chine a pu mettre en quarantaine Wuhan, une ville de 11 millions d'habitants, alors que la population de Qom n'est pas un cinquième de Wuhan (province de Hui).

L’objection de Rohani, qui a certainement le soutien du chef suprême Ali Khamenei, n’a pas fourni de raison rationnelle pour ne pas mettre Qom en quarantaine.

"Nous ne sommes pas d'accord avec la quarantaine, la quarantaine appartient à la première guerre mondiale et appartient à la peste ...", a déclaré le vice-ministre de la Santé Iraj Harirchi début février.

Hassan Rouhani contrairement à tous les dirigeants de divers pays qui ont accepté la responsabilité de la lutte contre le coronavirus dans leur propre pays, a refusé d'accepter de mettre en quarantaine les villes iraniennes.

Pourquoi Rouhani et Khamenei n’ont-ils pas mis en quarantaine les villes infectées depuis début mars? Lorsque les responsables du régime sont interrogés pour ne pas mettre les villes en quarantaine, ils disent qu’ils n’ont aucun intérêt à une telle chose.

Par exemple, Pirooz Hanachi, maire de Téhéran, a déclaré: «Nous aurions pu mettre en quarantaine dans des conditions économiques normales et bonnes, mais les futurs plans de quarantaine, tels que la fourniture de biens et l'indemnisation, ne peuvent pas être mis en œuvre dans le pays, et donc les mesures de quarantaine ne peuvent pas pleinement mis en œuvre. " (Agence de presse nationale Mehr, 15 mars)

Heidar Ali Abedi, membre de la Majlis Health Commission, a déclaré: «Si nous voulons mettre les villes en quarantaine, les besoins publics seront en difficulté et en Iran, les conditions de quarantaine ont leurs propres définitions et cela ne doit pas être comparé à d'autres pays. Les gens doivent comprendre que la situation actuelle n'est pas bonne avec la propagation du coronavirus, ils doivent donc rester chez eux et éviter de voyager. »

Une solidarité mondiale dans la lutte contre le virus est en train de se former, et tous les pays se sont rendu compte qu'un effort conjoint devait être fait pour éliminer le virus.

Jusqu'à présent, des dizaines de milliards de dollars dans divers pays ont été directement dépensés pour lutter contre le coronavirus et ses dommages économiques. Beaucoup de ces pays ont également mis de côté des budgets pour sauver leurs petites et moyennes entreprises.

Mais le régime n'a encore rien fait à ce sujet. La subvention que le régime a prétendu donner aux gens se situe qu’entre 14 $ et 40 $. Comment les gens peuvent-ils vraiment vivre en Iran tout en se mettant en quarantaine sans aucun soutien du gouvernement?

Le régime dispose de nombreuses ressources économiques, comme les différentes fondations détenues et contrôlées par Khamenei, avec plus de 100 milliards de dollars d'actifs. Il peut les utiliser pour aider le pays à traverser la crise. Mais le régime ne se soucie que de ses propres intérêts tels que son expansion régionale et ses plans nucléaires et balistiques. Des projets qui dévorent une énorme quantité des richesses de la nation iranienne.

Recherche

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS