Iran Focus, 11 décembre – Une exposition de trois jours sur un quart de siècle de violations des droits de l'homme en Iran, parrainée par plus de trente organisations françaises et européenne de défense des droits de l'homme, s’est ouverte par une conférence à Paris vendredi et a attiré de très nombreux visiteurs français et iraniens.

Les parrains de cet évènement, notamment la Ligue des droits de l’homme, le MRAP, l’organisation mondiale contre la Torture, France Libertés ou la FASTI, ont fait coïncider l’inauguration avec la Journée international des Droits de l’Homme. En effet, le 10 décembre 1949, l'Assemblée générale de l’ONU adoptait la Déclaration universelle des droits de l’homme.

L’exposition contenait des milliers de portraits de victimes des exécutions pour leur opposition à la théocratie. On estime qu’au moins 120.000 opposants politiques du régime iranien, principalement des membres et sympathisants de l’organisation des Modjahedines du peuple d’Iran, ont été exécutés depuis la Révolution de 1979.

La conférence s’est ouverte avec un discours de Daniel Jacoby, secrétaire général de la Fondations France Libertés et président d'honneur de la FIDH. La présidente de la République élue de la résistance iranienne Maryam Radjavi, l’ancien ministre des relations extérieures Claude Cheysson et le secrétaire général du MRAP Mouloud Aounit comptaient parmi les orateurs.

C’est en compagnie de plusieurs personnalités, comme Alain Vivien ancien secrétaire d’Etat aux affaires étrangères et ex-président de la commission interministérielle de la lutte contre les sectes, ou Elizabeth Sydney, présidente de la Fédération internationale des femmes contre l’intégrisme et pour l’égalité, que Maryam Radjavi a visité l’exposition.

Des centaines d’exilés iraniens se trouvaient parmi les très nombreux visiteurs en ce premier jour de l'exposition. Beaucoup avaient apporté des photos de leurs parents victimes des tortures et des exécutions du régime religieux.