Le Désespoir et la colère s’accentuent chez les jeunes

Iran Focus

Téhéran, 20 sept – Une série de statistiques officielles et d’interviews avec plusieurs responsables iraniens indiquent que le désespoir et la frustration augmentent au sein de la tranche d’âge très peuplée des moins de 30 ans en Iran.

Le président de l’organisation nationale de la jeunesse, dépendant du pouvoir, a déclaré à la presse locale la semaine dernière que « d’après nos études, 40% des jeunes à travers le pays souffrent de dépression. »

Rahim Ebadi a affirmé que les principales causes de dépression parmi les jeunes étaient l’étendue du chômage et le manque d’accès à des études supérieures.

« Sur les deux millions de bacheliers qui participent aux examens d’entrée à l’université chaque année, seuls 150.000 trouvent une place dans les facultés et les instituts d’enseignement supérieur », a indiqué Ebadi. « Cela signifie que plus de la moitié des étudiants sont sous pression et souffrent de dépression, parce qu’ils ne se voient pas d’avenir. »

Le site de l’organisation nationale de la jeunesse estime que « le désespoir » est une des principales causes de la montée du taux de suicide chez les jeunes en Iran.

Un responsable au ministère de l’éducation a déclaré au journal Aftab-e-Yazd que 29% des lycéens du pays abandonnent avant la fin de leurs études.

« La raison principale, c’est le manque de moyens dans l’éducation », estime le vice-ministre pour l’éducation théorique.

Une nouvelle étude en Iran a trouvé que le plus grand nombre de tentatives de suicide survient dans la tranche d’âge des 15 à 19 ans, avec une forte proportion de femmes. L’Iran affiche le taux de suicide le plus élevé au monde. L’étude a été menée par des universitaires à la faculté de médecine d’Ahwaz. Le Dr. Mohammad Fakour qui dirigeait les recherches, a dit que les overdoses et le poison étaient les méthodes de suicide les plus communes.

Le fait que le suicide soit plus courant chez les femmes que chez les hommes reflète les pressions sociales qui pèsent sur elles, d’après le Dr. Ziba Nouri, une sociologue de Téhéran. « C’est un régime misogyne imposant un système brutal de discrimination sexuelle », a-t-elle affirmé. « Il est donc naturel de voir le désespoir et la colère chez les femmes. »