La récente élection présidentielle en Iran a plus que jamais mis en évidence le déficit démocratique criant du pays. Révoltés par une privation de liberté qui dure depuis trop longtemps, le peuple Iranien compte bien se faire entendre à l’abri du contrôle du régime. Et c’est à Villepinte, au nord de Paris, qu’il s’exprimera le 1er juillet prochain.

Amnesty International - La destruction du site, à Ahvaz, dans le sud de l'Iran, où se trouve une fosse commune contenant les restes d'au moins 44 personnes exécutées de façon extrajudiciaire anéantirait des preuves médicolégales de première importance et la possibilité d'obtenir justice pour les prisonniers tués massivement à travers le pays en 1988, ont déclaré Amnesty International et Justice for Iran.

Dans son édition du 20 mai, le quotidien britannique The Telegraph a estimé que le résultat de l’élection présidentielle en Iran. Voici le texte de sa traduction :

« La réélection du président Hassan Rohani ne change rien. L'Iran reste une dictature appauvrie gouvernée par une élite théocratique. L'illusion du pluralisme a été donnée par la candidature du radical Ebrahim Raisi, qui, à la fin des années 80, aurait siégé dans une commission qui a approuvé l'exécution de milliers de prisonniers politiques.

Recherche

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS