Les autorités iraniennes ont déclaré à la famille de Nazanin Zaghari-Ratcliffe, qui a été retenue en isolement pendant cinq semaines, qu'elle pouvait être autorisée à la rencontrer en prison. La mère britannique retenue prisonnière en Iran a été autorisée à voir ses parents et sa petite fille pour la première fois depuis son arrestation.

Nazanin Zaghari-Ratcliffe, 37 ans, a été autorisée à sortir de l'isolement pendant plus de deux heures mercredi dernier.

Elle a été transférée de la prison vers un hôtel dans la ville de Kerman, à 600 miles au sud-est de Téhéran, où elle a été autorisée à prendre le déjeuner avec ses parents et à voir sa fille, Gabriella, âgée de 22 mois, selon le Telegraph de Grande-Bretagne.

Le 3 avril, les Pasdaran ont placé Zaghari-Ratcliffe, 37 ans, en détention. C'est une travailleuse bénévole qui a les nationalités iranienne et britannique, à qui on a interdit de quitter le pays avec sa fille Gabrilella après un séjour de visite à des proches à Téhéran d'une durée de deux semaines. Les deux passeports britanniques de Zaghari-Ratcliffe et de sa fille ont été confisqués. Elle est actuellement détenue en isolement dans un centre de détention inconnu dans la province de Kerman - à plus de 1000 km du lieu de son arrestation.

Le mari de Zaghari-Ratcliffe, Richard Ratcliffe, a déclaré à The Independant que sa femme est interrogée chaque jour, qu'elle se voit refuser l'accès à un avocat et est tenue à l'écart de sa fille âgée d'un an, qui est à la garde de ses grands-parents. La famille affirme que Nazanin a été contrainte de signer des aveux, mais qu'il n'étaient pas au courant du contenu de ces derniers.

Les citoyens à double nationalité sont appréhendés avec beaucoup de méfiance par les autorités iraniennes. De nombreuses autres personnes ont reçu un traitement similaire, comme le journaliste irano-américain Jason Rezaian et l'homme d'affaires irano-britannique Kamal Foroughi.

Le travail de Zaghari-Ratcliffe en tant que chef de projet à la Fondation Thomson Reuters n'a pas de lien ou d'intérêt par rapport à sa visite en Iran. Le directeur général de la Fondation Monique Villa a exhorté les autorités iraniennes à la libérer immédiatement.

"À la Fondation Thomson Reuters, elle n'a pas la moindre relation professionnelle avec l'Iran. En fait, la Fondation Thomson Reuters a pas de relations avec l'Iran et n'a pas d'activité dans le pays" a déclaré Monique Villa, PDG de la Fondation Thomson Reuters, selon The Guardian.

Une pétition sur change.org adressée au Premier ministre britannique David Cameron et au guide suprême Ali Khamenei, pour qu'ils interviennent personnellement dans cette affaire, compte près de 276 000 signatures au 13 mai. Un porte-parole du Foreign and Commonwealth Office a déclaré à The Independent : "nous avons soutenu la famille d'un ressortissant irano-britannique depuis que nous avons été informés de son arrestation, et nous continuerons de le faire"