Sholeh Pakravan, la mère de Reyhaneh Jabbari, a écrit une lettre de soutien à M. Azimzadeh, le prisonnier politique en grève de la faim depuis 51 jours. Mme Pakravan a été franche au sujet des violations des droits de l'homme en Iran depuis que sa fille a été exécutée en 2014 pour avoir tué un agent du ministère des Renseignements en légitime défense après qu'il a tenté de la violer.

Dans sa lettre, elle a abordé les questions critiques actuelles, y compris la négligence de ce prisonnier politique et la flagellation des travailleurs d’Agh Darreh et de Bafgh. Ces actes brutaux sont une tentative de créer une société avec une main-d'œuvre opprimée, pas chère et silencieuse afin que les investisseurs étrangers ne soient pas confrontés à la réalité de ces conditions et que le pays puisse devenir un négociant mondial.

Elle a écrit que l'exécution silencieuse des travailleurs contractuels et la détention de leurs représentants illustrent le retour officiel de l'esclavage en Iran.

Elle a encouragé le peuple iranien à se lever contre le régime, avertissant d'un avenir terrible si le régime est autorisé à l'emporter. Elle a écrit : « Le sort de vos enfants ne sera rien d'autre que souffrance et douleur. Parlez de vos demandes de subsistance dans la rue. Faites que vos souhaits et attentes soient clairement respectés par les autorités. Soutenez les demandes des représentants des détenus et parlez-en dans les forums publics et privés. »

Elle a continué avec cette triste métaphore de l'Iran. Elle a écrit : « Derrière les charmants sourires des fonctionnaires se cachent les corps écrasés et l'âme des enfants emprisonnés en Iran, les grèves de la faim, la pression de l'interrogatoire et les faibles provisions. Derrière le grand mur des mensonges, il existe des centaines de potences invisibles qui exécutent silencieusement nos proches. »