Iran Focus: Dans un communiqué publié à Paris, le CNRI a appellé l’ensemble des organes internationaux de défense des droits humains, en particulier les instances concernées de l’ONU, à agir de toute urgence pour sauver l’avocate emprisonnée Nasrine Sotoudeh qui se trouve dans sa septième semaine de grève de la faim.

Âgée de 47 ans, Nasrine Sotoudeh, lauréate du prix Sakharov 2012 du parlement européen a été emprisonnée en septembre 2010 pour le « délit » de défendre des prisonniers politiques. Elle a été condamnée dans un simulacre de procès pour « atteinte à la sécurité nationale » et « propagande contre le système » à 6 ans de prison et 10 ans d’interdiction de pratiquer son métier et de sortir du territoire. En raison de la colère et de la haine que lui voue le régime, elle a fait l’objet de pressions et de privations doubles, comme un long passage en cellule d’isolement et l’impossibilité de recevoir la visite de ses deux enfants.
 
Pour protester contre les pressions et les restrictions dont elle et sa famille sont victimes, comme l’interdiction de sortie de territoire visant sa fille de 12 ans, Nasrine Sotoudeh a entamé le 17 octobre une grève de la faim qui entre aujourd’hui dans sa 7e semaine, et elle est dans un état grave. Au lieu de lui prodiguer des soins élémentaires, les gardiens l’ont jetée en cellule d’isolement pendant plusieurs semaines. Cependant ils n’ont pas réussi à lui faire arrêter sa grève de la faim.