Manifestations contre la dictature et la vie chère dans plusieurs villes en Iran

Depuis hier, jeudi, des manifestations ont éclaté dans plusieurs villes en Iran dont Machhad, Kermachah, Tabriz et Chiraz. A Kermanchah les forces de répression ont chargé la foule. Les slogans lancés à Kermachah sont : "Liberez les prisonniers politiques", "la mort ou la liberté", « Abandonne la Syrie, occupes-toi de nos problèmes".

Selon un communiqué du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), lors des manifestations de Machhad, les forces des Gardiens de la révolution, la milice des voltigeurs en moto du Bassidj, les Pasdaran en civil et la police anti-émeute ont arrêté un grand nombre de manifestants. Le nombre de personnes arrêtées à Machhad s’élève à au moins 100 personne.

Parallèlement au soulèvement de Machhad, les habitants de Neyshabur, Kashmar, Shahrood, Birjand, Noshahr et Yazd ont également protesté contre la cherté de la vie et les conditions de vie désastreuses des Iraniens.

En réponse au raid des pasdaran et des forces de sécurité anti-émeutes et à leur fusillade, les habitants de Machhad ont scandé pendant leur marche aux abords du jardin Naderi : « Les fusils et les chars ne servent plus à rien. » Le gouverneur de Machhad a qualifié la manifestation de la population désenchantée de Machhad de « rassemblement illégal pour lequel aucune autorisation n'avait été délivré (…) Un certain nombre de personnes qui avaient l'intention d'envahir et de vandaliser des biens publics ont été arrêtées par la police. »

Plus d'un millier de personnes à Neyshabur ont protesté avec des slogans tel que : « Nous protestons contre les prix élevés », « N'ayez pas peur, nous sommes tous ensemble », « Quittez la Syrie, résolvez nos problèmes », « le corrupteur économique doit être exécuté ». Elles ont invité les jeunes à s’insurger et à se joindre au mouvement en scandant : « Oh jeunesse iranienne, lève-toi! Lève-toi! »

Dans la ville du Kashmar, les manifestants ont scandé : « L'honneur de tout iranien est de dire à bas les prix élevés. » A Birjand, des centaines de personnes ont manifesté et ont appelé à la démission du gouvernement Rohani. « A bas Rohani », « non aux prix élevés », « non à l'inflation », « à bas le menteur », ont-elles scandé.

À Yazd, les manifestants se sont rassemblés dans la rue Moujahedine et ont scandé des slogans contre les responsables du régime et les prix élevés.

Maryam Radjavi, présidente du CNRI, a salué les manifestants et a exhorté la population et la jeunesse iranienne à se joindre au « soulèvement contre la vie cher ». Le soulèvement d'aujourd'hui vient confirmer la revendication pressante de la population pour le renversement de la dictature des mollahs, a-t-elle estimé.