La population est descendue en masse dans la rue pour protester et organiser des manifestations qui revendiquaient la fin du régime du guide suprême. La population ne veut pas d’un régime qui spolie les richesses de la nation et les gaspillent dans ses ingérences militaires à l'étranger.

Le régime des mollahs fera-t-il attention aux requêtes de la population ? Certainement pas. Pendant presque quatre décennies, les Iraniens ont souffert sous un régime cruel et impitoyable qui se sert de la violence pour opprimer.

Le régime des mollahs continuera à financer le terrorisme et l'extrémisme et continuera à soutenir le dictateur syrien Bachar el Assad. Il continuera à se servir du sinistre Hezbollah libanais. Il continuera à former, financer et armer de nombreuses autres milices. Il continuera de s’ingérer dans les affaires intérieures des autres pays et il provoquera des conflits là où il en a la possibilité. Et il ne donnera pas la priorité aux besoins de la population Iranienne face à tout ceci.

Comment savons-nous que cela va se poursuivre ? Eh bien, tout simplement parce que c'est sur cela que repose le régime des mollahs. Il ne pourrait pas survivre sans cela. C’est pourquoi, le changement de régime en Iran est la seule option.

Les dirigeants internationaux, notamment l'ancien président Barack Obama et plusieurs responsables de l'UE, ont essayé de dépeindre le régime comme ayant des éléments modérés, en particulier le gouvernement de Rohani. Le régime lui-même a parlé de modération, mais c'est une étiquette autoproclamée qui ne repose absolument sur rien. Il n'y a pas eu de signes de modération. En fait, c’est tout le contraire. Par exemple, lorsque l'accord nucléaire iranien de 2015 a été signé, au lieu de remercier la communauté internationale pour toutes les concessions qui lui ont été accordées, l'Iran a plutôt continué à menacer et à provoquer ses voisins.

L'Iran est habitué aux protestations, mais les troubles actuels ne ressemblent à aucun précédent. Cette fois-ci, ce sont tous les secteurs de la société qui appellent à un changement de régime. La population sait qu'elle risque l'exécution, l'arrestation, l'emprisonnement et la torture, mais elle continue de tout risquer pour faire entendre son appel en faveur d'un changement de régime. Il est clair maintenant que le changement de régime est la seule issue pour aller de l’avant. Pour les Iraniens, c’est la seule façon de s'assurer qu’il y ait quelques lueurs d’espoir dans leur avenir sombre.

Au cours des soulèvements de 2009 en Iran, au lieu de condamner le régime et de le tenir responsable du massacre et de la violence envers les manifestants, Obama a tourné le dos à la population et a gardé le silence.

Cette fois-ci, le président Trump a déjà exprimé son soutien à la population Iranienne et a clairement fait savoir qu'il souhaitait également un changement de régime. Et il a le soutien de la majorité de son administration.

Nikki Haley, l'ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies, a prévenu l'Iran plus tôt ce mois-ci que le monde était en train d’observer. Elle a également rappelé au régime que les droits de l'homme sont un droit naturel.

L'Union Européenne, en revanche, est très réticente à réagir face à la situation actuelle en Iran. Elle semble vouloir s'assurer que rien n'affectera ses affaires avec l’Iran, alors elle garde le silence. Quand se rendra-t-elle compte que le changement de régime profitera non seulement à la population Iranienne, mais au monde entier ?

Recherche

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS