10182018Jeu

Les nouvelles manifestations en Iran pourraient annoncer la fin des mollahs - Vidéo

Soulévement- iran

Londres, le 4 août – De nouvelles manifestations ont commencé en Iran jeudi dernier en réponse à la mauvaise situation économique, à la dévaluation drastique du rial et aux autres problèmes économiques liés au renouvellement des sanctions américaines.

Environ 100 personnes sont descendues dans les rues de Sari, au nord de l’Iran selon l’agence de presse IRNA. Le nombre de participants aux manifestations de Chiraz, Ahvaz er Machhad reste inconnu. IRNA a rapporté que ces manifestants ont été dispersés par la police.

D’autres manifestations avaient déjà éclaté à Karaj, à l’ouest de Téhéran, mardi et mercredi dernier où des milliers de personnes avaient pris part à la protestation. Des vidéos postées sur les réseaux sociaux, apparemment filmées à Gohardasht, dans une banlieue de Karaj, montre des manifestants criant : « Mort au dictateur » alors qu’ils mettent feu à des voitures de police. On peut voir ensuite la police asperger la foule de gaz lacrymogène.

Le rial iranien a battu un record dans sa dévalorisation mercredi dernier, avec un taux de change de 120 000 rials pour un dollar américain. Cela est certainement dû à la peur croissante des sanctions américaines qui seront mises en place le 6 août.

Les manifestations augmentent et s’étendent. Ainsi, beaucoup pensent que l’Iran est au bord de la révolution.

Oubai Shahbandar, un analyste syrien-américain et membre du programme de sécurité international de la fondation New America, a déclaré : « La situation sociale critique sous-jacente, qui a mené à la révolution iranienne de 1979, semble être de nouveau d’actualité. Le fait que les manifestations ont lieu aussi bien dans de grandes villes que dans des villages à la campagne est une préoccupation majeure pour les dirigeants à Téhéran. […] L’instabilité politique et sociale qui en découle ne fera qu’augmenter en crise existentielle pour (le Guide suprême) Khamenei si les demandes populaires ne sont pas entendues. »

Cependant, les manifestations ne sont pas un phénomène nouveau. En fait, elles font partie du soulèvement iranien qui a commencé en décembre dernier.

L’expert en affaires iraniennes, Majid Rafizadeh, a déclaré : « Les derniers troubles ont commencé dans les grandes villes comme Ispahan, Karaj, Chiraz, Rasht et Tabriz et se sont rapidement étendus dans tout l’Iran. De nombreux manifestants sont descendus dans les rues pour manifester d’abord contre la crise de l’emploi et la dévaluation de la monnaie, mais les manifestations se sont rapidement transformées en protestations politiques et ont demandé un changement de régime en Iran. »

Il a ajouté : « Les manifestations qui ont commencé le lendemain ont fait savoir clairement que les Iraniens blâment la mauvaise gestion et la corruption des mollahs pour leur situation économique difficile. »

Recherche

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS