La fausse bravade du régime iranien concernant le Sommet de Varsovie

 La fausse bravade du régime iranien concernant le Sommet de Varsovie

Les responsables iraniens font une fausse démonstration de bravade avant le sommet international prévu sur la paix au Moyen-Orient, qui doit se concentrer sur les ingérences malveillantes du régime iranien au Moyen Orient.

Le chef du Conseil suprême de sécurité nationale des mollahs, Ali Shamkhani, a tenté de présenter l'appel mondial de la Maison-Blanche comme la preuve que les sanctions et l'isolement diplomatique de Téhéran échouaient après l'annonce du sommet de Varsovie.

Shamkhani a déclaré : « Quand quelqu'un qui dit ‘sanctions avec pression maximale’ est réduit à tenir des ‘séminaires et conférences’, cela signifie seulement qu'il a perdu le dessus. » Il a ensuite affirmé que les plans américains pour l'événement ne faisaient que démontrer une pure « confusion », tandis que le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a tweeté que le sommet est un «cirque désespéré ».

Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), une coalition de groupes démocratiques prônant un changement de régime en Iran, a récemment félicité les États-Unis pour avoir « rectifié et mis fin à la politique désastreuse de complaisance » qui dure depuis quarante ans.

Et les États-Unis ne sont pas le seul gouvernement à prendre des mesures contre Téhéran. Les pays de l'UE ont exprimé leur inquiétude face aux essais de missiles de Téhéran et à leurs actes terroristes. Cela a été accentué par les plusieurs attaques terroristes ou tentatives d'assassinat que le régime a commanditées en Europe l'année dernière. Cela a conduit à des sanctions par l'UE à l'encontre des services de Renseignement des mollahs et à une évolution vers la politique américaine vis-à-vis de l'Iran.

Théoriquement, bien sûr, les États membres de l'UE pourraient sauter le sommet de Varsovie, mais cela est peu probable car ce serait désastreux pour les négociations entre l'UE et les États-Unis, sans parler du fait que l’événement est organisé dans un État membre.

Ryszard Czarnecki, membre du Parlement européen et ancien ministre européen de la Pologne, a écrit : « Ce serait un renversement de la tendance actuelle conduisant à une surveillance accrue du régime en Iran et à une prise de conscience des menaces terroristes qui continuent d’émaner du régime... La plupart des indices indiquent que ce changement est adopté comme modèle par les démocraties occidentales. »