En bref

Iran Focus : 30 octobre

Affrontements dans le bazaar
Un oléoduc en feu
Tirs dans le bureau du gouverneur
Protestation du personnel universitaire
Pénurie d’eau potable

Affrontements dans le bazaar
Des affrontements ont éclaté entre les commerçants et les forces de sécurité dans le bazaar de la ville de Borazdjan, dans la province de Bouchehr dans le sud-ouest, faisant plusieurs blessés et entraînant la fermeture du bazaar. Les habitants ont rapporté que les forces de sécurité ont saccagé de nombreuses boutiques à la recherche de « marchandises illégales ». Des heurts ont suivi et les commerçants ont baissé leurs rideaux pour protester contre cette violence.

Un oléoduc en feu
Le principal oléoduc entre les villes de Dezfoul et d’Ahwaz (sud-est) a explosé en six points différents hier après qu’une fissure soit apparue dans la canalisation d’air. Le pétrole qui y a pénétré a pris feu. L’incident est intervenu à 65 km de la ville d'Ahwaz, près du village de Kouch. Les flammes s’élevaient à plusieurs mètres de hauteur et se voyaient en six points différents.

Tirs dans le bureau du gouverneur
Le gouverneur de la ville de Ramsar dans le nord du pays, a été blessé par balles jeudi, après qu'un assaillant armé ait saccagé son bureau avec une arme et l'ait pris en otage. Des informations indiquent que l'homme demandait que le gouverneur, Seyed Ahmad Miri, téléphone à toutes les autorités locales, pour régler des problèmes sans dispute. Il a été arrêté avoir d’avoir la chance de faire d’autres demandes.

Protestation du personnel universitaire
Le personnel de l'Ecole de formation des enseignants a protesté pour n'avoir pas été payé, devant le principal campus universitaire. Le personnel a fait savoir qu’il refusera de travailler tant qu’il ne sera pas payé. Les autorités du ministère de l'éducation n'ont donné aucune indication comme quoi les salaires allaient être versés.

Pénurie d’eau potable
Des habitants de Chahr-e-Kord se sont rassemblés devant le gouvernorat pour protester contre la pénurie d’eau potable. Un des manifestant a dit qu’il y avait au moins 1500 logements dans cette région n'étant pas équipés d’un système adéquat de distribution d’eau. Ceux qui étaient présents à la manifestation ont affirmé que des eaux usagées ont été déversées dans les canalisations d’eau de leurs domiciles.