05212019Mar

Soutien unique

Il a apposé sa signature. Inscrivant ainsi son nom parmi la centaine de parlementaires européens ayant appelé l'Union européenne à retirer l'Organisation des Moudjahidines du peuple d'Iran (OMPI) de la liste noire du terrorisme (lire en page Monde). Le sénateur Joly pense donc, comme beaucoup d'autres, qu'il existe une alternative démocratique au régime des mollahs, au pouvoir en Iran depuis la chute du chah en 1979. Une dictature en chassant une autre, les résistants de l'OMPI, défenseurs des valeurs laïques et respectueux des droits de l'Homme, n'eurent rapidement plus leur place dans leur pays en ce début des années 80. Et trouvèrent refuge dans notre beau pays. Depuis, les choses ont changé. La politique à l'égard des intégristes au pouvoir à Téhéran est à l'heure du rapprochement commercial depuis quelques années. Rendu possible par l'acceptation par l'Europe d'une exigence : considérer les Moudjahidines comme terroristes. Bernard Joly, lui, estime que « l'élection de la présidente du conseil national de la Résistance iranienne (Maryam Radjavi, NDLR) est un fait inscrit dans la réalité ». Qu'il « faut en tenir compte dans une reconnaissance qui place ce mouvement dans la représentation d'une expression populaire ». Pour lui, « les nations qui, aujourd'hui ont à leur tête un exécutif sortit régulièrement des urnes, s'honoreraient de prendre en compte une expression populaire sans la juger ». En juin 2003, lorsque 167 personnes proches des Moudjahidines, dont Maryam Radjavi, ont été interpellées à Auvers-sur-Oise, le gouvernement les a jugés dangereux. Plus d'un an après, ne restent que des mises en examen, peu ou pas de preuves et beaucoup de questions. Notamment sur l'étrange coïncidence entre les contrats commerciaux signés entre la France et l'Iran juste avant cette opération, l'une des plus vastes de ces trente dernières années menée par la DST. On s'interrogera cependant beaucoup moins si, en Haute-Saône, Bernard Joly est le seul parlementaire à soutenir Maryam Radjavi...

Recherche

Iran, Dezful, inondation, aucun signe des autorités du régime iranien

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran : agh, ghola inondation

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS