Le premier volet de l'enquête de l'AIEA sur le nucléaire iranien est achevé

Le premier volet de l'enquête de l'AIEA sur le nucléaire iranien est achevé

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a annoncé jeudi avoir achevé le premier volet de son enquête et la collecte d'informations visant à déterminer si l'Iran a cherché ou non à développer un programme nucléaire militaire.

Cet enquête est une jugée cruciale en vue d'une prochaine levée des sanctions internationales frappant l'Iran.

Après analyses, le patron de l'agence onusienne, Yukiya Amano, pourra rendre comme prévu ses "conclusions finales" sur le respect par Téhéran de ses engagements lors d'une assemblée extraordinaire le 15 décembre à Vienne, a précisé l'agence.

L'AIEA et les grandes puissances cherchent à faire la lumière sur la "possible dimension militaire" du programme nucléaire iranien jusqu'en 2003 au moins. Téhéran a toujours nié les allégations en ce sens, affirmant que ces soupçons reposaient sur des documents trafiqués.

L'accord de Vienne est destiné à garantir la nature strictement pacifique du programme nucléaire iranien, dont les installations seront notamment soumises à un contrôle renforcé de l'AIEA.

Par ailleurs, Paris a déploré jeudi l'essai le 11 octobre par l'Iran d'un nouveau missile longue portée, dénonçant "une claire violation" d'une résolution de l'ONU et de l'esprit de l'accord du 14 juillet.

Selon le porte-parole français, « le programme balistique iranien est visé par la résolution 1929 de 2010 qui est en vigueur et interdit à l'Iran de mener des activités liées aux missiles balistiques pouvant emporter des armes nucléaires, y compris les tirs recourant à la technologie des missiles balistiques. Le tir survenu le 11 octobre constitue une claire violation de cette résolution. Il s'agit d'un message préoccupant envoyé par l'Iran à la communauté internationale ».

« La résolution 1929 restera en vigueur jusqu'à la confirmation par l'AIEA, qui devrait se prononcer début 2016, de la mise en oeuvre par l'Iran de ses engagements nucléaires. Dans ce cadre, des contraintes seront maintenues sur le programme balistique iranien. En particulier, l'Iran sera appelé à ne mener aucune activité, y compris des tirs, liée aux missiles balistiques conçus pour pouvoir emporter des armes nucléaires. »