L'Allemagne inquiète sur le nucléaire iranien

AFP: 24 sept - L'Allemagne est sortie d'une rencontre avec l'Iran encore plus préoccupée qu'auparavant par les ambitions nucléaires de Téhéran, a-t-on appris de source diplomatique.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Joschka Fischer, a rencontré son homologue iranien Kamal Kharazi, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York lors et leur entretien selon les mêmes sources a été très "franc" selon ces sources.

Joschka Fischer a répété plusieurs fois à son homologue iranien que la poursuite par Téhéran d'un programme d'enrichissement d'uranium serait un "mauvais calcul".

"Vous faites une grave erreur," a dit M. Fischer à M. Kharazi, selon un participant.

"Après cet entretien, nos craintes ne sont pas atténuées. Au contraire," a confié un diplomate allemand.

Dans une résolution samedi, l'Agence Internationale d'Energie Atomique (AIEA) a demandé à l'Iran de cesser ses activités liées à l'enrichissement d'uranium, qui pourrait être utilisé à des fins militaires.

La résolution donne à l'Iran jusqu'au 25 novembre pour lever les doutes qui planent sur la nature de ses activités. Parmi les mesures que pourrait prendre l'AIEA figure la saisine du Conseil de sécurité.

"Nous sommes préoccupés" a déclaré le chef de la diplomatie française Michel Barnier vendredi. "La communauté internationale a besoin d'être rassurée."

Lors de son entretien avec M. Fischer, M. Kharazi a appelé à la mise en place d'un "mécanisme" afin d'apaiser les pays occidentaux et de permettre à l'Iran d'utiliser sa technologie nucléaire à des fins civiles, selon les mêmes sources.

Téhéran a refusé de renoncer à se doter de technologie nucléaire, et a qualifié la dernière demande de l'AIEA d'"illégale".