10182018Jeu

Iran: Washington va adopter les sanctions "les plus dures de l'Histoire"

mike pompeo iran starategy sanctions

Avec Reuters - Les Etats-Unis vont adopter les sanctions "les plus dures de l'Histoire" contre le régime iranien, a annoncé lundi le secrétaire d'Etat Mike Pompeo. S'adressant directement aux dirigeants iraniens, le chef de la diplomatie américaine a dressé une liste de 12 conditions que la République islamique devra remplir si elle veut bénéficier d'un allègement du régime de sanctions qui la visent.

Parmi ces conditions figure son retrait intégral du champ de bataille syrien.

Selon Mike Pompeo, l'accord conclu en 2015 sur le programme nucléaire iranien, et dont les Etats-Unis se sont désengagés, met le monde en péril de par les défauts qu'il contient. Il ne sera pas renégocié par les Américains, a dit le secrétaire d'Etat.

 

Désormais, Washington agira à l'encontre de Téhéran en dehors des contraintes que lui imposait cet accord, a-t-il poursuivi.

Les sanctions qui seront instaurées contre le régime iranien seront "les plus dures de l'Histoire", a-t-il promis, prophétisant qu'une fois adoptées, l'Iran devra "se battre pour maintenir son économie en vie".

Parallèlement, ceux qui continuent de commercer avec l'Iran seront sanctionnés, a averti Mike Pompeo qui a annoncé que les Etats-Unis dépêcheront des émissaires à l'étranger afin d'expliciter auprès de leurs partenaires la nouvelle politique iranienne de Donald Trump.

Ces menaces interviennent alors que les signataires européens de l'accord, Allemagne, France et Grande-Bretagne, s'efforcent de maintenir l'accord en vie et de trouver des solutions pour conserver leur accès au marché iranien en dépit du retrait américain.

Quant aux Iraniens, ils subiront les représailles américaines s'ils s'aventurent à reprendre leur programme nucléaire, prévenu Mike Pompeo.

"Nos demandes à l'Iran ne sont pas déraisonables: renoncez à votre programme (...). S'ils venaient à décider de revenir en arrière, de reprendre l'enrichissement, nous serions parfaitement prêts à y répondre", a-t-il dit sans plus de détails.

"J'espère qu'ils prendront une décision différente, qu'ils emprunteront un autre chemin."

 

Lire aussi: 

Maryam Radjavi : Le soutien international au soulèvement du peuple iranien et les demandes de sa résistance légitime pour la liberté et la justice

Recherche

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS