L'Iran prêt à maintenir la suspension de l'enrichissement pour négocier avec UE

AFP : 25 octobre - TEHERAN, 25 oct (AFP) - Le dirigeant iranien en charge du dossier nucléaire, Hassan Rohani, a déclaré lundi que l'Iran était prêt à envisager de maintenir la suspension de l'enrichissement d'uranium durant la période des négociations avec les pays européens, a rapporté la télévision d'Etat.
"Le plan des Européens pour la suspension illimitée de l'enrichissement de l'uranium, s'il n'est pas en contradiction avec les critères de la République islamique, peut être appliqué", a déclaré M. Rohani après une rencontre avec les membres de la commission parlementaire pour la Sécurité nationale et la Politique étrangère, a indiqué la télévision d'Etat.
Dans la proposition européenne, le terme "illimité ne signifie pas permanent. Les Européens parlent d'une (suspension) illimitée pendant les négociations, car il est prévu que des négociations à long terme commencent avec les Européens", a déclaré M. Rohani, cité par l'agence officielle Irna.
"Ils disent par exemple que si les négociations durent sept mois, l'Iran doit respecter la suspension (...) Nous avons toujours dit que si la République islamique acceptait la suspension à quelque niveau que ce soit, ce serait une décision volontaire", a-t-il ajouté.
Jeudi à Vienne, la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne ont demandé à Téhéran de suspendre totalement ses activités d'enrichissement d'uranium pour éviter que le dossier du nucléaire iranien soit envoyé devant le Conseil de sécurité des Nations unies, qui pourrait décider de sanctions à l'encontre de Téhéran.
Selon un document obtenu par l'AFP et confirmé de sources diplomatiques, Paris, Berlin et Londres ont proposé de fournir à Téhéran de la technologie nucléaire civile, y compris éventuellement un réacteur de recherche à eau légère, une fois que l'Iran aura prouvé qu'il ne cherche pas à se doter de l'arme atomique.
Au préalable, les trois pays demandent que Téhéran suspende sine die toutes ses activités d'enrichissement, notamment l'usine de conversion d'uranium d'Ispahan (centre) et renonce à la construction d'un réacteur à eau lourde à Arak (200 km au sud-ouest de Téhéran) capable de produire du plutonium.
Dimanche, un responsable de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) avait affirmé que l'usine d'Ispahan était "opérationnelle à 70%".
"La patience de l'Iran pour établir la confiance avec le monde est grande. Elle ne sera pas épuisée de sitôt. Nous allons, avec calme, continuer à oeuvrer pour établir la confiance", a déclaré Hassan Rohani, cité par Irna.
"Nous allons faire tout le nécessaire pour établir la confiance car nous voulons la synergie avec le monde dans les domaines politique, économique, social et culturel et nous ne voulons pas inquiéter le monde inutilement", a-t-il affirmé.
"Mais les Européens doivent accepter que nos lignes rouges et nos droits nationaux ne soient pas violés", a-t-il dit.
"L'Europe doit reconnaître que la République islamique a des droits, conformément aux conventions internationales, notamment le Traité de non prolifération (TNP)", a-t-il dit en référence à la maîtrise de la technologie de l'enrichissement de l'uranium.