10202019Dim

Poursuite des négociations entre l'Iran et l'UE

Le Monde : 29 octobre - L'Iran et trois grands pays de l'Union européenne reprendront, le 5 novembre à Paris, leurs négociations sur l'offre européenne de coopération nucléaire civile en échange d'un arrêt illimité de l'enrichissement d'uranium par les Iraniens.

La poursuite des négociations entre Français, Allemands, Britanniques et Iraniens sur le programme nucléaire de l'Iran a "été annoncée aux missions diplomatiques" concernées, a indiqué vendredi 29 octobre un responsable européen. La réunion aura lieu le 5 novembre à Paris, et fera suite à deux autres rencontres qui n'ont pas abouti depuis le 21 octobre à Vienne dans les locaux de l'ambassade de France.

Paris, Berlin et Londres proposent de fournir à Téhéran de la technologie nucléaire civile, y compris éventuellement un réacteur à eau légère, si l'Iran prouve qu'il ne cherche pas à se doter de l'arme atomique, selon un document obtenu par l'AFP. L'Iran doit commencer, selon l'UE, par accepter de prolonger sine die la suspension de ses activités liées à l'enrichissement d'uranium.

Les trois Européens présentent un accord comme une "dernière chance" avant la prochaine session de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), le 25 novembre à Vienne. L'agence de sûreté nucléaire des Nations unies pourrait alors décider, comme le demandent les Etats-Unis, d'envoyer le dossier nucléaire au Conseil de sécurité pour d'éventuelles sanctions internationales.

L'Iran se refuse jusqu'ici à renoncer à son droit à l'enrichissement. L'uranium hautement enrichi peut servir aussi bien à l'énergie civile qu'à la bombe nucléaire.

L'AIEA PROPOSE DE FOURNIR L'IRAN EN COMBUSTIBLE

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a proposé de garantir à l'Iran la fourniture de combustible pour ses centrales nucléaires afin que Téhéran n'ait pas à enrichir son propre uranium.

Des diplomates occidentaux ont précisé que cette offre avait été formulée par Mohamed ElBarade, directeur général de l'agence onusienne, afin d'aider la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne dans le cadre de leurs négociations avec Téhéran.

Ces pourparlers visent à convaincre la République islamique de renoncer à son programme d'enrichissement d'uranium, un procédé qui permet de fabriquer du combustible pour les centrales, mais aussi de fournir la matière première des armes atomiques.

"ElBarade et l'AIEA ont proposé de garantir la fourniture à l'Iran de combustible", a déclaré un diplomate occidental proche du dossier.

Selon ce diplomate, les Iraniens, qui affirment que leur programme nucléaire n'a que des objectifs pacifiques et civils, craignent de ne jamais avoir de source de combustiable fiable pour leurs centrales s'ils renoncent à leurs propres capacités de production.

Une garantie de l'AIEA permettrait en outre d'assurer à l'Iran de ne pas dépendre de la Russie, qui envisage de fournir du combustible pour le réacteur nucléaire iranien de Bushehr, de fabrication russe.

"L'Iran craint que les Etats-Unis fassent pression sur la Russie pour qu'elle cesse de livrer du combustible à l'Iran, qui n'en aurait plus pour ses réacteurs", a expliqué le diplomate.


L'IRAN N'ACCEPTERA AUCUNE MENACE

L'ancien président iranien Akbar Hachémi Rafsandjani a déclaré que l'Iran était prêt à poursuivre les négociations avec les Européens mais n'acceptera aucune menace visant à le priver de la technologie de l'enrichissement d'uranium, lors de la prière du vendredi.

"Le guide suprême (l'ayatollah Ali Khamenei) a défini notre politique officielle. Nous sommes d'accord pour continuer les négociations dans le cadre des règles internationales mais si les Européens veulent utiliser la menace, il n'y a plus de place pour la négociation", a déclaré M. Rafsandjani dans un discours diffusé en direct par la radio d'Etat.

"Nous avons le sentiment que les Européens sont désormais plus sérieux et l'espoir d'arriver à un point acceptable existe", a-t-il dit. "J'espère que les Européens agiront avec raison et ne deviendront pas un instrument aux mains des Américains", a-t-il ajouté.

Recherche

Grand rassemblement de l'opposition iranienne à Achraf 3 - Juillet 2019

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS