Nucléaire iranien: Moscou toujours opposé au transfert au Conseil de sécurité

AFP : 5 novembre - La Russie est toujours opposée à un transfert du dossier du programme nucléaire iranien au Conseil de sécurité de l'ONU, a déclaré vendredi le vice-ministre des Affaires étrangères Iouri Fedotov, cité par l'agence Interfax.

"Alors que sont en cours des contacts diplomatiques intensifs sur différents aspects de ce que l'on appelle le dossier nucléaire iranien, il est extrêmement important de se garder d'engager des démarches qui pourraient aggraver la situation", a dit M. Fedotov.

"Nous sommes toujours convaincus qu'il faut régler ces questions à l'AIEA (Agence internationale pour l'énergie atomique) et non au Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il ajouté, estimant que "les possibilités de l'AIEA (pour le règlement de cette question) n'étaient pas épuisées".

La présidence néerlandaise de l'Union européenne a évoqué jeudi soir au sommet de Bruxelles la menace d'un transfert au Conseil de sécurité du dossier iranien, en cas d'échec de négociations avec Téhéran.

La France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne devaient avoir vendredi à Paris des négociations avec l'Iran, dont elles veulent obtenir qu'il cesse d'enrichir de l'uranium en échange d'une coopération nucléaire avec l'Union européenne.

Si l'Iran ne renonce pas à l'enrichissement, les Etats-Unis menacent de faire transférer le dossier de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA), où il est encore à l'examen, au Conseil de sécurité des Nations unies.

L'offre européenne vise à éviter une saisine du Conseil de sécurité lors de la prochaine réunion de l'AIEA, le 25 novembre à Vienne.