UE : Patten affirme que l’Iran est un de ses « plus grands regrets»

Radio Free Europe

Par Ahto Lobjakas

Bruxelles, le 2 sept - Le commissaire sortant aux relations extérieures de l’UE, Chris Patten, a déclaré que le « recul » de l’Iran sur les droits de l’homme et son manque d’enthousiasme à se conformer pleinement aux exigences de l’ONU dans le domaine nucléaire constitue un des plus grands regrets de sa carrière. Patten, qui partira à la fin du mois d’octobre, a tenu ces propos lors de ses adieux à des membres de la commission des affaires étrangères du Parlement européen à Bruxelles hier. Il a également critiqué la fermeté politique américaine vis-à-vis de l’Iran, avançant que l’Iran ne devait pas être isolé.

Patten a utilisé une de ses dernières apparitions publiques pour critiquer vivement l’Iran pour avoir dégradé ses relations avec l’occident.

Parlant à Bruxelles hier, Patten a dit que l’absence de progrès de l’Iran dans un nombre de domaines était un des « plus grands regrets » de ses cinq années à la commission.

Patten a affirmé que l’UE avait reconnu depuis longtemps le grand potentiel de l’Iran.
Mais, a-t-il ajouté, bien que l’UE se soit efforcé de tirer l’Iran de son isolement et de lui donner un rôle international plus important et plus « responsable », Téhéran a choisi de mépriser cette offre.

Patten a indiqué que l’UE avait établi ce qu’il appelle une « relation ombilicale » entre les concessions commerciales du côté de l’UE, et les réformes sociales et politiques – et les garanties que le nucléaire sera limité à des fins civiles – du côté iranien.

L’Iran, a-t-il noté, n’a pas honoré ses engagements : «Je regrette que cette politique ait fait marche arrière. [Comme le soulignait un eurodéputé plus tôt">, nous avons enregistré des revers, des revers très inquiétants dans le domaine des droits de l’homme. Il y a une ou deux choses qui se sont améliorées – par exemple l’aval donné de temps en temps à la visite de rapporteurs de l’ONU. Mais en terme général, je suis plutôt déprimé par l’absence de progrès.»