Financial Times

Par Christopher Adams, correspondant politique

Les relations entre la Grande-Bretagne et l’Iran pourraient se refroidir après que huit marins de la Marine royale capturés puis relâchés par Téhéran, aient affirmé avoir été « escortés de force » dans les eaux territoriales iraniennes alors qu’ils opéraient à l’intérieur des frontières irakiennes.
De nouveaux détails sur l’incident du Chatt el-Arab sont apparus dans une déclaration écrite de Geoff Hoon, le ministre de la défense, au parlement hier et ont provoqué une réaction de colère des partis de l’opposition. La déclaration de M. Hoon dit que les allégations initiales étaient que l’équipage du bateau aurait pu frayer dans les eaux iraniennes par erreur. Cependant, cela entre en contradiction avec le témoignage de l’équipage lors de leur interrogatoire après leur libération.
Les affirmations des marins, si elles s’avèrent vraies, compliqueraient sérieusement ce qui semblait être une courte passe d’armes diplomatique.
Le ministre de la défense a déclaré que la Grande-Bretagne était toujours en train de négocier avec les Iraniens pour la restitution des bateaux et des équipements, y compris les GPS qui se trouvaient à bord. Il a ajouté qu’il était « très préoccupé » par le fait qu’on avait bandé les yeux aux hommes et avait fait savoir clairement aux Iraniens que cet incident ne devait pas se répéter.
Michael Ancram, ministre des affaires étrangères du cabinet fantôme, a déclaré : « C’est scandaleux. Non seulement nos marins ont été illégalement capturés puis humiliés en ayant les yeux bandés et en étant exposés aux caméras, mais leur équipement, qui a aussi été saisi illégalement, n’a pas été restitué. »
« La déclaration du gouvernement est bien trop faible. Les Iraniens se sont conduits de manière inacceptable et nous devrions protester de la manière la plus véhémente possible auprès du gouvernement iranien. Nous attendons pour le moins une excuse formelle. »
Un des huit marins est rentré hier « pour des raisons médicales liées à l’incident ». Deux autres ont terminé leur mission alors que les autres sont restés en Irak. Les marins ont été remis aux diplomates britanniques la semaine dernière, après plusieurs jours de diplomatie discrète entre Jack Straw, le ministre des affaires étrangères, et Kamal Kharrazi, son homologue iranien.
Des éléments du gouvernement iranien et le parlement conservateur ont essayé d’exploiter la capture des huit hommes à un moment où l’Iran était préoccupé par les événements en Irak et critiqué pour son manque de coopération sur son programme nucléaire.
M. Hoon a déclaré que les Iraniens n’avaient pas respecté le délai de mardi pour la restitution des équipements britanniques, dont trois bateaux, des armes, des munitions, des radios et de l’équipement de navigation. M. Kharrazi a dit que son pays restituerait les équipements.
Paul Keetch, porte-parole pour la défense des libéraux démocrates a déclaré : « Ça pourrait être un nouveau tournant de l’histoire. L’équipement GPS n’a pas encore été restitué. Quand il le sera, il permettra d’en savoir plus sur la question. »

Recherche

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS