08162018Jeu

Ana Gomes et Patricia Lalonde, des lobbys éhontées du régime iranien au PE

Ana Gomez Patricia Lalonde lobby Iran

L’eurodéputé Gérard Deprez, Président du groupe interparlementaire des « Amis d’un Iran libre » au Parlement européen, a publié le communiqué de presse suivant concernant les activités de désinformation d’Ana Gomes et de Patricia Lalonde au Parlement européen au profit du régime iranien :

BRUXELLES, 13 avril 2018. Après le récent soulèvement en Iran, de hauts dirigeants de la « République islamique d'Iran », notamment le Guide Suprême Ali Khamenei ont ouvertement reconnu le rôle de l'opposition des Moudjahidine du Peuple (OMPI) dans la conduite des manifestations à travers le pays.

Ce n'est donc pas un secret que ce mouvement d'opposition fasse l'objet d'une répression brutale en Iran et d'une campagne massive de désinformation à l’échelle internationale. Pendant plusieurs années, l'opposition iranienne a été inscrite sur diverses listes terroristes dans les pays Occidentaux à la demande de Téhéran. Après une longue lutte juridique et politique, l'OMPI a remporté tous les jugements de la Haute Cour de justice de Londres et de la Cour de justice des communautés européennes, et a été retirée de ces listes noires par l'UE au début de l'année 2009. Une décision similaire, rendue à Washington DC, a contraint le Secrétaire d'État américain à supprimer cette désignation aux États-Unis en 2012. Pendant des années, l'étiquette terroriste a été un instrument entre les mains du régime des mollahs pour réprimer l'opposition, même à l'extérieur du pays.

Téhéran a ensuite concentré son attention sur l'élimination de plusieurs milliers de membres de l'OMPI qui se trouvaient dans les camps Achraf et Liberty en Irak. Le Parlement européen a adopté plusieurs résolutions et déclarations écrites en faveur des droits des membres de l'OMPI en Irak à partir de 2009. Après une campagne internationale massive, tous les dissidents Iraniens ont pu quitter l'Irak sous la supervision de l'ONU et se sont installés principalement en Albanie en 2016.

Ce transfert et cette installation ont été effectués avec le plein appui du gouvernement albanais et des partis d'opposition. Le HCR visite régulièrement les réfugiés qui s'y trouvent et toutes les allégations selon lesquelles des personnes seraient maintenues dans un camp contre leur gré sont totalement fausses et non fondées. Plusieurs eurodéputés les ont visités en Albanie au cours des deux dernières années.

Nous avons donc été vraiment choqués d'une réunion organisée le 10 avril dernier par Mme Ana Gomes et Mme Patricia Lalonde au Parlement européen, intitulée « La menace de l’OMPI en Albanie », au cours de laquelle de fausses informations ont été utilisées pour miner le statut des réfugiés Iraniens en Albanie. De nombreux eurodéputés de différents groupes politiques ont cosigné une déclaration conjointe de protestation contre cette campagne de diabolisation contre l'opposition iranienne (voir ci-joint).

Les déclarations de ces deux eurodéputés ont été encore plus choquantes puisqu’elles ont qualifié faussement l'OMPI « d'organisation terroriste » et accusé leurs collègues de soutenir le terrorisme.

Il s'agit, en effet, d'une insulte pour nous et pour bon nombre de mes collègues, d'une calomnie et d'une diffamation évidente. Il est intéressant de souligner qu'aujourd'hui, seul le régime des mollahs qualifie cette opposition de « terroriste ».

Mes collègues et moi-même, qui nous réunissons régulièrement au Parlement européen en tant que membres du groupe informel des Amis d'un Iran Libre, n'avons aucune objection à ce que d'autres personnes souhaitent exprimer leurs opinions différentes ou contraires concernant la théocratie au pouvoir en Iran et son opposition. Toutefois, il est tout à fait inacceptable de répéter et de promouvoir la propagande du régime des mollahs, par exemple en qualifiant l'opposition démocratique de d’organisation terroriste et en nous accusant, nous et de nombreux politiciens européens, de soutenir le terrorisme.

Pour conclure, je dois ajouter qu'il est hautement irresponsable et immoral pour les politiciens européens élus, de diffuser des informations erronées contre les réfugiés Iraniens sans défense qui, pendant des années, ont été traqués et tués à la demande des mollahs en Iran.

Eurodéputé Gérard Deprez
Président du groupe interparlementaire des Amis d’un Iran Libre

Lire aussi : 

Sur les contradictions de vouloir faire l’« ambassadrice » du régime iranien en France

Recherche

Iran, Les ouvriers du terminal de fret routier de Ispahan, rejoignent la grève nationale. le 31 mai

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS