06202018Mer

Iran, le plan secret pour sauver Bachar

Valeurs Actuelles: Par Frédéric Pons - Le vrai enjeu de la crise syrienne est l'avenir de l'Iran. La fin du régime Assad signifierait son affaiblissement stratégique. Des iraniens sont donc directement engagés.

Bachar al-assad peine à reprendre le contrôle total de la situation, face à son opposition armée qui résiste, surtout au nord du pays, dans la région adossée à la Turquie. Pour en finir au plus vite, il a fait appel à ses alliés, le Hezbollah libanais et les gardiens iraniens de la révolution (les pasdarans) qui, eux-mêmes, auraient beaucoup à perdre dans la chute de leur ami Assad et l’installation à Damas d’un pouvoir sunnite soutenu par l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie.

 Le camp chiite, le Hezbollah libanais et l’Iran, s’est donc soudé derrière Assad. Ils sont directement engagés dans la répression, comme le prouvent la capture d'officiers iraniens par l'opposition, en août, et la mort récente au combat, en Syrie, de miliciens du Hezbollah.

L’implication directe des Iraniens est confirmée par les informations révélées par l’OMPI (Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran), la principale formation de l’opposition iranienne, que les États-Unis viennent d’enlever de leur liste des organisations terroristes. L’OMPI a identifié les unités envoyées par Téhéran et les noms des officiers des pasdarans. Les interrogatoires de ceux qui ont été faits prisonniers par l’Armée syrienne libre (ASL) ont nourri ces données. Valeurs actuelles s’est procuré la synthèse de renseignements faite par l’OMPI.

En voici des extraits:

Lire la suite sur
http://www.valeursactuelles.com/actualit%C3%A9s/monde/iran-guerre-secr%C3%A8te-en-syrie20121031.html

 

Recherche

Iran, Les ouvriers du terminal de fret routier de Ispahan, rejoignent la grève nationale. le 31 mai

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS