10142019Lun

Iran-Italie : ouverture à Rome du procès d’un officiel iranien dans l’assassinat d’un opposant

Iran Focus, 11 mai - La cour d’assise de Rome a ouvert ce matin le procès par contumace d’un officiel du régime iranien accusé d’avoir participé au meurtre du représentant du Conseil national de la Résistance iranienne en Italie.

Mohammad Hossein Naghdi qui avait rejoint le CNRI alors qu’il était chargé d’affaires en Italie en 1981, avait été assassiné par des tueurs soupçonnés de travailler pour le ministère des renseignements (VEVAK) de Téhéran, le 16 mars 1993.

Les services de renseignements occidentaux affirment que les agents du Vevak ont pour habitude d’agir sous le couvert de personnel diplomatique. La Résistance iranienne avait révélé au milieu des années 1990 des informations secrètes qu’elle avait obtenues de l’intérieur du régime sur le rôle de l’ambassade d’Iran en Italie dans l’assassinat de Naghdi. Elle avait aussi révélé que l’assassinat de M. Naghdi, comme celui du Pr. Kazem Radjavi, représentant en Suisse et à la commission des droits de l’homme de l’ONU du CNRI, le meurtre de quatre dissidents iraniens à Berlin et une série d’assassinats d’opposants iraniens à l’étranger, avaient été commis sur les ordres directs du guide suprême l’ayatollah Ali Khameneï et l’ex-président Rafsandjani.

Mme Maryam Radjavi, présidente de la République élue du CNRI, a dit dans un message à la justice italienne à l’ouverture du procès que « le peuple iranien attend depuis treize ans le jour où les cerveaux et les auteurs de l’assassinat de Mohammad Hossein Naghdi comparaissent devant un tribunal. Aujourd’hui, la justice italienne relève un défi historique ».

Elle a appelé les juges italiens à identifier les cerveaux de cet assassinat et de lancer des mandats d’arrêts internationaux contre eux. Elle les a appelé à « résister aux pressions et aux obstacles que le régime des mollahs créera pour faire dévier le cours de la justice ».

Un tribunal berlinois avait lancé des mandats d’arrêt en 1997, contre un comité constitué du guide suprême Ali Khameneï, du président de l’époque Rafsandjani, du ministre des affaires étrangères d’alors Ali Akbar Velayati et du ministre des renseignements de l’époque Ali Fallahian, pour avoir donné l’ordre d’assassiner des opposants hors d’Iran.

Maryam Radjavi a appelé à l’inculpation de Khameneï, Rafsandjani et l’actuel président Khatami par un tribunal international.

Recherche

Grand rassemblement de l'opposition iranienne à Achraf 3 - Juillet 2019

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS