Iran - L'investissement de l'Iran dans le conflit syrien s'intensifie de plus en plus chaque jour selon Struan Stevenson, ancien député européen. Stevenson a décrit dans The Hill la stratégie du tout ou rien du gouvernement iranien.

Plus de 60 000 soldats du corps des gardiens de la révolution islamique (Pasdaran), y compris les 8 000 soldats de l'infâme Force Qods, et des milliers d'autres mercenaires étrangers sont utilisés pour soutenir Bachar el-Assad. Récemment, une brigade entière de l'armée iranienne, la 65e Brigade, connue sous le nom Nohed ou Bérets verts, a été déployée.

Le guide suprême Ali Khamenei a même nommé un haut dignitaire religieux comme son représentant personnel en Syrie — certains membres du gouvernement de l'Iran appellent la Syrie la 32e province de l'Iran.

Struan Stevenson, Président de l'Association européenne pour la liberté en Irak et ancien membre écossais du Parlement européen, a écrit : « Le chef d'état-major de l'armée iranienne, le major général Hassan Firouzabadi, est arrivé à Damas le 30 avril pour assumer le commandement direct des forces iraniennes, syriennes, et du Hezbollah qui se battent en Syrie. »

Téhéran perdrait un allié crucial dans la région si Assad venait à échouer — beaucoup ont affirmé que si Assad tombe, Téhéran le rejoindra dans sa chute. Les interventions à ce jour ne se sont pas bien passées. L'Iran a fait face à de lourdes pertes lors des combats. Des milliers de soldats réguliers ont été tués, ainsi qu'au moins 40 généraux et commandants des Pasdaran.

Selon certains analystes, le désespoir s'installe parmi les forces iraniennes. Pour étouffer la dissidence, le gouvernement est revenu à une vieille méthode — l'utilisation des enfants soldats. Une vidéo de propagande récente a montré de jeunes enfants en treillis militaires chantant leur volonté de mourir pour l'ayatollah Ali Khamenei. Les paroles comprennent en outre des fanfaronnades destinées à éveiller les sentiments en déclarant que Jérusalem est l'objectif final.

Le nombre de réfugiés dans le monde est à son plus haut niveau depuis la Seconde Guerre mondiale. À travers le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord et l'Asie centrale des milliers de personnes sont sans emploi. Ainsi, lorsque le gouvernement iranien offre la citoyenneté et 600 dollars, il n'est pas surprenant de voir que beaucoup sont prêts à prendre les armes. La Force Qods des Pasdaran a supervisé la création d'une division Fatemyoun qui est composée de réfugiés afghans qui combattent en Syrie.


L'intervention russe a sauvé Assad à la fin de l'année dernière. La nouvelle de la visite du général Qassem Suleimani à Moscou afin de plaider pour plus d'aide montre la gravité de la situation pour Téhéran et Damas.