12092019Lun

L'Iran est "le plus grand sponsor du terrorisme", accuse Hariri

 

"Le 14 février 2005, une énorme charge explosive a tué l'ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri, mon père, ainsi que 22 autres Libanais. Le Tribunal spécial pour le Liban a identifié cinq membres du Hezbollah comme étant impliqués dans le meurtre. Si cela est prouvé, cela voudrait dire que l'assassinat a été commis par les alliés de l'Iran au Liban, qui sont financés et contrôlés par le régime de Téhéran", affirme M. Hariri, en début de tribune.

Il dénonce ensuite les affrontements du 7 mai 2008 à Beyrouth entre le Hezbollah et des miliciens qui lui sont hostiles, pointant du doigt "l'arsenal fourni par l'Iran" au parti chiite "qui promettait de n'utiliser ses armes que contre Israël mais qui en a fait usage contre le peuple libanais".

Abordant plus loin le conflit en Syrie, Saad Hariri critique le président syrien Bachar el-Assad. "M. Assad, avec le soutien de l'Iran, ses Gardiens de la Révolution et leurs acolytes du Hezbollah et des milices irakiennes et afghanes, a créé la pire crise de réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale". Et le leader sunnite libanais d'ajouter : "Nous au Liban ne sommes que trop habitués à la violence, la discorde, la haine sectaire, la brutalité et le terrorisme que l'Iran et ses alliés infligent à d'autres pays (...). L'Iran est le plus grand sponsor du terrorisme depuis la fin des années 1970".

Le chef du Courant du Futur critique ensuite le fait que les responsables iraniens "se vantent du fait que leur pays contrôle désormais quatre capitales arabes, Beyrouth, Bagdad, Sanaa et Damas".

Saad Hariri appelle enfin l'Iran à "cesser de s'ingérer dans les affaires arabes, au Yémen, à Bahreïn, en passant par l'Irak, la Syrie et le Liban".

"L'Iran peut faire partie de la solution, mais il doit saisir la main arabe tendue, sous l'égide de l'Arabie saoudite, afin d'aboutir à la normalisation des relations de voisinage, permettant ainsi aux arabes sunnites de se concentrer sur la vraie tâche, celle d'en finir avec l'extrémisme".

 

SourceNew York Times

Recherche

Grand rassemblement de l'opposition iranienne à Achraf 3 - Juillet 2019

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS