Avec Agences : Emmanuel Macron s'est exprimé mardi à Paris devant les journalistes de l'Association de la presse présidentielle (APP) neuf mois après son arrivée à la tête de l'Etat.

Dans ses déclarations il a évoqué les dossiers iranien et syrien : "Les activités balistiques iraniennes ou liées à l'Iran, nous avons vu que vraisemblablement, à la fois au Yémen et également dans la zone syrienne, elles étaient une source de déstabilisation, un problème pour la sécurité de plusieurs de nos alliés(…) Je souhaite que nous puissions avoir dès les prochaines semaines une réunion sur la Syrie qui puisse éradiquer les activités balistiques depuis la Syrie qui mettent en danger l'ensemble des puissances de la région et avoir un vrai traitement soutenable du destin politique de la Syrie.

"Sur les armes chimiques, j'ai fixé une ligne rouge, je la réaffirme très clairement. Si nous avons des preuves avérées que les armes chimiques proscrites par les traités (...) sont utilisées, nous frapperons l'endroit d'où ces envois sont faits ou sont organisés. La ligne rouge sera respectée par une réplique (…) Aujourd'hui nous n'avons pas de manière établie par nos services, par nos forces armées, la preuve que des armes chimiques proscrites par les traités ont été utilisées contre les populations civiles, évidemment nous sommes en surveillance extrême sur ce sujet".