05202019Lun

Le dictateur syrien chez les mollahs en Iran

Le dictateur syrien chez les mollahs en Iran

Le dictateur syrien Bachar Assad a fait sa première visite en Iran depuis le début de la guerre en Syrie en 2011. Le régime islamiste est le principal soutien régional au gouvernement de Damas dans la guerre qui déchire la Syrie depuis près de huit ans. Téhéran soutient financièrement le dictateur syrien et a envoyé en Syrie des milliers de pasdaran ou Gardiens de la Révolution pour se battre contre la rébellion.

Assad s'est entretenu avec le guide suprême Ali Khamenei et le président des mollahs, Hassan Rohani.

Assad a "remercié la République islamique d'Iran (...) pour tout ce qu'elle a apporté à la Syrie durant la guerre".

Selon une photo publiée par les services du guide suprême, le sinistre Ghassem Soleimani, commandant de la Force Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens de la révolution, a assisté à l'entretien entre Khamenei et Assad.

"La République islamique d'Iran considère qu'aider le gouvernement et la nation de Syrie revient à aider le mouvement de la résistance [contre l'impérialisme] et elle est fière de cette aide", a déclaré Khamenei, selon le site officiel du numéro un iranien.

La communauté internationale accuse Téhéran de vouloir déstabiliser la région du Moyen-Orient.

Selon le site internet de M. Khamenei, la rencontre entre les deux hommes a eu lieu dans la matinée, mais n'a été rendue publique que dans la soirée.

"La République islamique d'Iran, comme par le passé se tiendra au côté du peuple et du gouvernement de Syrie", a déclaré Rohani à son invité, selon son site.

La dernière visite officielle d’Assad à Téhéran remonte à octobre 2010. À l’époque, Assad avait rencontré son homologue Mahmoud Ahmadinejad et le guide suprême.

Ces dernières années, le dictateur syrien quitte très rarement son pays ravagé par une guerre civile meurtrière, si ce n'est des déplacements rendus publics chez son allié russe, le dernier en date en mai 2018.

Recherche

Iran, Dezful, inondation, aucun signe des autorités du régime iranien

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran : agh, ghola inondation

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS