Le régime iranien: Le tigre de papier

Le régime iranien: Le tigre de papier

Par : Salem Al Ketbi

Les réactions du régime iranien aux sanctions les plus sévères auxquelles il doit faire face sont à la fois ironiques et déplorables. Les déclarations des dirigeants politiques et militaires iraniens ont révélé une grande confusion. En réponse à la mise en œuvre de la stratégie « zéro exportation » pour le pétrole iranien, le Guide suprême Ali Khamenei a déclaré que les sanctions ne resteraient pas sans réponse.

Entre-temps, le président Rouhani a critiqué l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis pour avoir compensé la pénurie attendue sur les marchés pétroliers mondiaux en raison de l’interdiction des exportations de pétrole iranien.

Les deux pays n’ont pas officiellement annoncé une telle mesure. Si tel était le cas, il ne s’agirait pas d’une décision politique, mais plutôt d’une décision de procédure visant à maintenir la stabilité des marchés pétroliers et à garantir que l’OPEP puisse les contrôler. Les dirigeants des Gardiens de la révolution iraniens ont réitéré leur menace de fermer le détroit d’Ormuz. Mais la vérité est que ces menaces ne produisent plus l’effet psychologique désiré.

Comme le monde s’en rend maintenant compte, la marge de manœuvre laissée au régime iranien pour mettre en œuvre une telle menace est presque nulle. L’option serait suicidaire selon toutes les normes stratégiques. La deuxième phase des sanctions américaines contre le régime iranien consiste à étouffer le régime et à le contenir. Cela mettra fin à son engagement turbulent et perturbateur au Moyen-Orient.

Il ne fait aucun doute que le pari le plus important du régime iranien est d’attirer les Etats-Unis et leurs alliés dans la guerre. L’administration de Trump est bien consciente de la situation. Je doute qu’il offre au régime iranien l’occasion de confondre la question et d’esquiver les sanctions. Dans les circonstances actuelles, la guerre est peut-être le scénario le plus approprié pour que le régime iranien conserve sa capacité de gouverner le pays. Les mollahs sont conscients que si les revenus pétroliers du pays s’effondrent, la situation intérieure sera exposée. En conséquence, la capacité du régime à financer ses milices et ses agents sectaires s’effondrera. Ensuite, le régime malveillant qui s’est répandu dans toute la région, du Yémen à la Syrie et à l’Irak, s’effondrera.

Le sectarisme, qui est le dénominateur commun des milices du régime, pourrait lui fournir une bouée de sauvetage, selon certains. Cependant, en réalité, la plupart de ces milices sont principalement des mercenaires et des agents recrutés dans différents pays. Si le financement est réduit, comme celui du groupe al-Houthi au Yémen, leur capacité de continuer à faire des ravages dans tout le Yémen prendra fin. Certains considèrent que les sanctions affament le peuple iranien, ce qui n’est pas du tout vrai.

Les recettes pétrolières ne servent pas à financer des plans de développement; elles vont, au total, aux sociétés des Gardiens de la Révolution. L’argent est utilisé pour financer des projets d’expansion à l’étranger. Si une partie de ces milliards avait été dépensée pour améliorer les conditions de vie du peuple iranien, nous n’aurions pas vu la détérioration massive et continue du niveau de vie et la colère furieuse des millions d’Iraniens qui ne peuvent se rebeller de peur d’être réprimés par les milices Basij. Ironiquement, d’après leurs déclarations, les dirigeants iraniens ne semblent pas suivre et comprendre ce qui se passe autour d’eux.

Ils vivent encore les illusions du passé. L’arrogance et la fierté les empêchent de se rendre compte des disparités croissantes dans l’équilibre du pouvoir militaire entre l’Iran et ses prétendus ennemis. Ils ne voient aucune puissance aux États-Unis ou ailleurs. Ils ne voient pas non plus la faiblesse de la puissance militaire iranienne, dont la force aérienne a été considérablement affaiblie. Les mollahs misent trop sur l’utilisation des milices, la guerre non conventionnelle et certains systèmes de missiles à courte et moyenne portée qui peuvent être facilement neutralisés par des systèmes avancés de défense antimissile. Contrairement à ce que les diffuseurs de mensonges veulent faire croire, en matière militaire, l’Iran est un tigre de papier. Les États tirent leur pouvoir principalement de leurs capacités sur le front intérieur, de leur économie et de leur capacité à résister aux conflits armés.

Le régime iranien n’est pas considéré comme tel. Il n’a pas le mérite populaire d’aller à la guerre. Dans ces circonstances, le régime iranien peut-il compter sur quoi que ce soit? A mon avis, il parie sur sa capacité à créer le chaos et l’agitation et à provoquer la panique régionale et mondiale en utilisant des milices, des forces sectaires, et des cellules dormantes. Mais tous ces outils peuvent être facilement neutralisés si la tête du système est tombée. La mission sera effectuée par le peuple iranien lorsque les conditions le permettront.