10142019Lun

L’Iran manque de l’argent pour financer des groupes terrorists étrangers et des agences cybernétiques nationales

L’Iran manque de l’argent pour financer des groupes terrorists

Les renseignements récemment déclassifiés montrent que le groupe terroriste palestinien Hamas a dû présenter des «plans d'austérité» en raison du manque de financement du régime iranien, selon une émission de la chaîne télévisée Fox news. 

Selon des responsables du département d’Etat, les renseignements partagés exclusivement avec Fox News révèlent la diminution des ressources et de l’influence de Téhéran dans la région, ce qui a entraîné une réduction des effectifs parmi les groupes soutenus par le régime. 

Cela intervient dans un régime de sanctions sévère introduit par les États-Unis, qui a plongé le pays dans une récession, avec une inflation atteignant 50%. 

En raison du manque de financement de l'Iran, le Hamas a dû présenter des «plans d'austérité», tandis que d'autres groupes de milices chiites ont été informés par l'Iran qu'ils devaient trouver d'autres sources de revenus, l'Iran n'étant plus en mesure de leur fournir des fonds. 

Cela a coïncidé avec l’appel des médias sociaux du Hezbollah basé au Liban à faire un don à ses banques de façade. Le groupe a apparemment utilisé même des enfants pour attirer des contributions. 

Les services de renseignements américains montrent également que le régime du dictateur syrien Bashar al-Assad est confronté à une pénurie de carburant en raison des récentes sanctions américaines qui coupent 1 à 3 millions de barils par mois que l'Iran fournissait jadis au pays déchiré par la guerre. 

Sur le plan intérieur, alors que le Trésor public iranien est en difficulté, le cyber-commandement du pays souffre aussi, selon les renseignements déclassifiés. 

Tout cela s’inscrit dans un climat de tension accrue entre les États-Unis et l’Iran. L’administration Trump a envoyé d’autres navires de guerre et des bombardiers au Moyen-Orient plus tôt ce mois-ci pour contrer les menaces non précisées qui pèsent sur les intérêts américains. 

En outre, tout le personnel américain non essentiel de l’ambassade et du consulat américains en Irak a reçu l’ordre de quitter le pays à la suite d’une visite surprise du secrétaire d’État américain, Mike Pompeo. 

Le Pentagone devrait également annoncer de nouvelles commandes pour déployer moins de 2 000 membres supplémentaires du service au Moyen-Orient afin de renforcer la sécurité des forces américaines et alliées existantes dans la région, ont déclaré plusieurs responsables de la défense à Fox News. 

Ce chiffre est bien en deçà des 5 000 ou 10 000 soldats supplémentaires supposés avoir été envisagés par le Pentagone. Le secrétaire par intérim de la Défense, Patrick Shanahan, a déclaré que de tels rapports étaient "inexacts". 

Les responsables militaires souhaitent également déployer une batterie supplémentaire de missiles anti-aériens Patriot, un système d'arme défensive, un autre navire de guerre ou sous-marin dans la région, davantage d'avions de surveillance et de reconnaissance et, potentiellement, davantage d'avions de combat de la Force aérienne.

Recherche

Grand rassemblement de l'opposition iranienne à Achraf 3 - Juillet 2019

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS