WASHINGTON, 29 janvier (Reuters) - Cinquante militaires américains ont présenté des symptômes de traumatisme crânien après les frappes menées au début du mois par l'Iran contre des bases irakiennes abritant des troupes américaines, a déclaré mardi le Pentagone, un bilan revu à la hausse par rapport à celui annoncé la semaine dernière.   

Le président Donald Trump et d'autres hauts représentants américains avaient dans un premier temps indiqué que les frappes iraniennes, menées dans la nuit du 7 au 8 janvier en représailles à l'assassinat du général Qassem Soleimani, n'avaient fait ni mort ni blessé au sein de l'US Army.

    Washington a fait part pour la première fois le 16 janvier de blessés suite à ces tirs de missiles balistiques contre deux bases militaires irakiennes. Un bilan annoncé vendredi dernier faisait état de 34 blessés.   

    "A ce jour, 50 membres du personnel militaire américain" présentent des symptômes de traumatisme crânien, a dit le porte-parole du Pentagone dans un communiqué, précisant que ce chiffre pouvait évoluer.

    Trente-et-un de ces soldats ont été soignés en Irak et ont repris service, a ajouté le colonel Thomas Campbell.

Recherche

Iran - Maragheh l'homme infecté par le coronavirus est par terre depuis une heure

Les filles sont omniprésentes dans les manifestations étudiantes contre le régime en Iran

Inondation dans différentes villes d'Iran

Iran - Kish, débranchement électrique dû aux inondations, Aucun signe de la présence des autorités

Iran : agh, ghola inondation

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS