Par Pooya Stone

L'Iran a été déchiré par de nombreuses catastrophes environnementales et socio-économiques ; cependant, le régime insiste pour gaspiller les ressources du pays pour ses ambitions régionales. À cet égard, les ayatollahs poursuivent le stockage d'armes et de véhicules avancés en Syrie, en plus de déstabiliser la sécurité du transport maritime dans le golfe Persique.

Simultanément, la répression contre le peuple, en particulier contre les dissidents politiques, les femmes, les minorités ethniques et religieuses et les classes pauvres de la société, qui supportent le plus le fardeau de la mauvaise gestion économique et de la corruption systématique des ayatollahs.

De plus, la généreuse charité des ayatollahs envers leurs alliés régionaux se poursuit sans relâche alors que le peuple iranien a grand besoin d’approvisionnements sanitaires et hygiéniques. Dans ce contexte, l'ambassadeur du régime au Liban, Mohammad Jalal Firuznia, a souligné le 5 mai que le CGRI (pasdaran) avait envoyé une cargaison humanitaire au Liban.

"En plus des masques et des équipements de protection individuelle et des désinfectants, cette aide comprend 15 ventilateurs (appareils de respiration artificielle) et 5 000 kits de diagnostic pour COVID 19", a déclaré Firuz-Nia.

Notons que le régime iranien souffre de déficits budgétaires massifs, ce qui a contraint les autorités à augmenter les prix de l'essence en novembre ainsi que les prix du pain.