12182018Mar

Wikileaks: les Britanniques se sont acharnés jusqu'au bout contre l'OMPI prétextant le nucléaire

Iran Focus : Un document transmis par Wikileaks au quotidien britannique Telegraph (4 février 2011), révèle que les Britanniques se sont acharnés jusqu'au bout pour maintenir l'opposition iranienne sur la liste noire des organisations terroristes à la demande du régime des mollahs qui menaçait de rompre les négociations sur le nucléaire.

Un document confidentiel de l'ambassade américaine révèle les informations transmises par le Foreign Office le 12 avril 2007. Dans ce document on apprend que les autorités britanniques, dans la droite ligne de la politique de complaisance à l'égard de Téhéran, ont rassuré Saïd Jalili, le négociateur en chef iranien dans le dossier nucléaire, lors d'une visite à Londres, que « le Gouvernement de sa Majesté (HMG) est en train de combattre la décision du tribunal » ordonnant au gouvernement de rayer le nom de l'Organisation des Moudjahidine du Peuple d'Iran (OMPI) de sa liste noire. Le Foreign Office rassure également le représentant iranien qu'«entre-temps l'OMPI ne sera pas rayée de la liste et ses fonds ne seront pas dégelés. »

Le document ajoute que Helen Teasdale, du Foreign Office Iran Bilateral Team, a insisté sur le fait que «le HMG va combattre juridiquement ce qui constitue le fond et le raisonnement du jugement du tribunal administratif POAC (Proscribed Organisation Appeal Commission): l'OMPI, par sa réorganisation et par son abstention depuis 2001 de recourir à des attaques violentes, s'est transformé en une organisation non terroriste ».

Dans ses explications, le HMG exprime son souci d'accommoder le régime iranien en avançant que «toute perception par les Iraniens d'un appui occidental à l'OMPI risque de mettre en danger la solution du dossier nucléaire ».

Ce document révélateur met en lumière les motivations du gouvernement britannique qui s'est acharné contre l'OMPI, non par souci de lutte anti-terroriste, mais dans la poursuite aveugle de la politique de complaisance envers le régime iranien, allant jusqu'à sacrifier le principal mouvement d'opposition pour satisfaire les mollahs.

Après sept ans de bataille juridique, la Cour d'appel britannique a annoncé que le gouvernement britannique a eu tort d’inscrire l'OMPI sur sa liste des organisations terroristes. Une motion adoptée par la Chambre des Communes a finalisé la réhabilitation du mouvement. 

L'année suivante, essuyant une défaite judiciaire similaire devant la Cour européenne de justice, le Conseil des ministres de l'Union européenne a dû lui aussi retirer la Résistance iranienne de sa liste noire. Les mollahs et leurs soutiens sont encore une fois tombés dans la disgrâce.

http://www.telegraph.co.uk/news/wikileaks-files/london-wikileaks/8304938/IRAN-UK-GOVERNMENT-APPEALS-MEK-DE-LISTING-ORDER.html

 

 

Recherche

La grève des routiers dans 136 villes d’Iran

 

 

  

DOSSIER 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988

Qui sont les Moudjahidine du peuple, ces opposants déterminés au régime en Iran ? (REPERES)

DES MILLIERS D’IRANIENS MANIFESTENT CONTRE ROHANI À PARIS