Intelligence Reports Terrorisme Les Iraniens appellent à la dissolution des Gardiens de...

Les Iraniens appellent à la dissolution des Gardiens de la Révolution

-

Les Iraniens appellent à la dissolution des Gardiens de la Révolution

Par Pooya Stone

Les questions posées par Abolfazl Chekartchi, porte-parole et chef d’état-major adjoint des forces armées sur la chaîne de télévision nationale iranienne 5, sur le rôle des gardiens de la révolution (CGRI) et l’ingérence de l’Iran au Moyen-Orient, ne sont que l’un des exemples de la situation misérable du régime. Sa position défensive dans cette interview était remarquable. Ces questions ont soulevé des sceptiques au sein du régime après l’appel du chef de l’opposition iranienne Massoud Radjavi à la « dissolution du CGRI » et à allouer son budget pour contrer le coronavirus et soutenir le peuple iranien.

Le modérateur : « L’affirmation que chaque pays devrait avoir une seule force armée, vous dites que c’est vrai dans notre débat idéologique, maintenant qu’en est-il de la protection des frontières ? »

Chekartchi : « Protéger les frontières idéologiques du système sacré de la République islamique et de la Révolution islamique, en plus d’être avec toutes les institutions et appareils et même l’armée, est la mission inhérente du Corps des gardiens de la révolution islamique. »

Modérateur : “Et leurs travaux n’interfèrent-ils pas les uns avec les autres?”

Chekartchi: « Non, ils sont parfaitement compatibles les uns avec les autres. C’est la différence entre nos forces armées et celles des autres pays du monde. » (Chaîne de télévision d’État 5, 21 septembre)

Qassem Soleimani’s Death and the End of Iran’s Theocracy

Le peuple iranien n’a pas besoin des gardiens de la révolution. Cette force a été créée dès le premier jour dans le but de préserver Velayat-e-Faqih (le système du guide suprême), de mener des assassinats en dehors des frontières de l’Iran, ainsi que de réprimer le peuple et les forces d’opposition. Son logo ne montre aucun signe de nationalité iranienne et iranienne.

L’organisation d’une série d’opérations qui ont échoué pendant la guerre de huit ans, après le retrait de l’Irak du territoire iranien, est un autre crime commis par les pasdaran. L’opération Wal-Fajr visant à occuper le territoire irakien avec la tactique des vagues humaines sur les fronts nord du Kurdistan irakien jusqu’aux fronts sud de Faw a infligé de lourdes pertes à la population iranienne.

Dans l’opération Karbala 4, des plans opérationnels avaient déjà été dévoilés, mais malgré cela, le régime a mené l’opération et des milliers de jeunes Iraniens sont morts.

Envoyer des étudiants comme « soldats jetables » est un autre aspect des crimes des gardiens de la révolution. Selon l’ancien président Ali Akbar Hashemi Rafsandjani, près de 36 000 écoliers ont perdu la vie sur les champs de bataille. (31 octobre 1997)

La Force terroriste Qods du CGRI, dirigée par le général éliminé Qassem Soleimani, a joué un rôle clé dans le déclenchement de guerres par procuration en Irak, au Liban, en Syrie et au Yémen. Le but de cette force était d’exporter le terrorisme vers les pays voisins et de créer une profondeur stratégique pour le système du Guide suprême.
Le commandant du CGRI a appelé cela « la protection des frontières idéologiques de la République islamique » et a ajouté : « La souveraineté religieuse ne concerne vraiment aucune terre, inclut pratiquement toutes les nations et tous les peuples. Nous voyons aujourd’hui que nous défendons le peuple opprimé du Yémen, avec la même pensée, nous défendons le peuple opprimé de Palestine, et maintenant avec la même pensée nous protégeons les nations non musulmanes, des Noirs aux États-Unis qui sont mourant maintenant sous les bottes de l’oppression, nous les défendons. » (Chaîne de télévision d’État 5, 21 septembre)

Les fonctions des gardiens de la révolution pour le guide suprême Ali Khamenei, en plus d’exporter le terrorisme, sont de jouer un rôle dans la répression intérieure. La création de la grande base « Sarollah » pour réprimer le soulèvement à Téhéran est un autre aspect de ce rôle. C’est ce que Chekartchi appelle la « sécurité intérieure » dans son interview télévisée.

Un participant : «Vous avez dit que le CGRI est une frontière idéologique. Où est notre frontière idéologique ? Vous voulez dire que la frontière idéologique est autrefois la Palestine, et qu’une fois le Yémen, cela n’interfère-t-il pas avec la défense de notre frontière géographique ?

Chekartchi: «Vous voyez, ce n’est pas que le CGRI n’a pas de mission à l’intérieur du pays, il a certainement une mission. Mais nous devons empêcher l’infiltration d’étrangers, lutter contre les hypocrites [étiquette du régime pour désigner les Moudjahidine du peuple d’Iran – OMPI], assurer la sécurité intérieure du pays. Ce sont toutes les missions du CGRI. » (Chaîne de télévision d’État 5, 21 septembre)

Les remarques de Chekartchi ne font que réaffirmer l’affirmation selon laquelle le CGRI est une force inutile avec des activités malveillantes et gaspille les ressources du peuple.

7,422FansLike
985FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les Iraniens s’attendent à un changement de régime

Ces jours-ci, des responsables iraniens, dont le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, expriment leur joie face à...

Le gouvernement pille les pauvres agriculteurs en Iran

Ces derniers mois, les récoltes des agriculteurs iraniens se sont dégradées et leur production d’un an a été détruite....

Retour sur les manifestations de novembre de l’année dernière en Iran

En novembre 2019, des manifestations dans près de 200 villes de toutes les provinces d'Iran ont secoué l'establishment islamiste...

Une preneuse d’otages iranienne défend le massacre des manifestants

L'une des personnes responsables de la prise d’otage du personnel de l'ambassade des États-Unis en 1979 a Téhéran, a...

L’Iran et la douloureuse crise de coronavirus

L'Iran a vécu une semaine douloureuse avec le coronavirus. Malgré tous les mensonges et les dissimulations du gouvernement, le...

Iran: la population ne tolère plus le système de gouvernement actuel

Les médias dirigés par l’État iranien ont tenté de cacher les crises socio-économiques du pays ainsi que l’impasse et...

Doit lire

Les médias d’État iraniens reconnaissent l’échec du régime

Par Sia Rajabi Les médias d’État iraniens outrepassent quotidiennement la...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous