Intelligence ReportsTerrorismeLa « solitude stratégique » de l'Iran

La « solitude stratégique » de l’Iran

-

Pendant de nombreuses années, le gouvernement iranien est témoin d’un isolement mondial et d’un isolement qui est dû au projet nucléaire non transparent et dangereux du régime, à ses actes malveillants au Moyen-Orient, à son soutien au terrorisme, à son projet de missile et enfin au plus important, à ses violations des droits de l’homme.

L’avancement de ces politiques est dû à la nature réactionnaire et à la recherche de tension de la théocratie au pouvoir, sous prétexte d’exporter sa soi-disant révolution islamique.

Tous s’inscrivent dans la lignée de la répression du peuple et cachent sa crise interne au monde.

La vérité est que dans un court laps de temps, ces politiques ont des réalisations pour le régime, mais dans le long terme, elles se font au détriment du régime.

Pire encore, ils ont mis le régime dans une confrontation avec le monde et tout le Moyen-Orient, en plus, il a accru ses crises internes.

Le quotidien d’État Etemad a avoué cet isolement dans un article intitulé « La solitude stratégique de l’Iran, le détente et l’introversion » et a écrit :

« La solitude stratégique de l’Iran a créé de nombreux goulots d’étranglement et tragédies pour notre pays, en particulier dans l’histoire contemporaine de l’Iran.

« Cette solitude est intrinsèquement crispante. Tensions avec les voisins turcs, tensions avec les voisins russes, tensions avec les voisins arabes, tensions avec les voisins pachtounes, tensions avec les Ouzbeks, tensions avec des origines religieuses et linguistiques incompatibles avec la religion et la langue de la société iranienne, tensions avec un ordre international, et, le plus important, des tensions sans contexte avec des coalitions et des alliances politiques, etc.

« D’autre part, les tensions, en particulier les tensions constantes avec l’environnement et le monde environnant, détruisent progressivement les racines du développement et conduisent le pays à la pauvreté et au retard par rapport à ses voisins et pairs, aux conflits et à la violence, et enfin à la désintégration. » (Etemad, 22 septembre 2021)

Dans une telle situation, naturellement, le discours du président du régime Ebrahim Raïssi à l’Assemblée générale de l’ONU devrait être en faveur de la désescalade et de la résolution de ces problèmes, mais au contraire, il a aggravé les choses de sorte que même les médias d’État s’est moqué de lui.

Le quotidien public Setareh-e-Sobh a écrit : « Il ne peut y avoir aucun lien significatif entre la présence de Raïssi à l’Assemblée générale des Nations Unies et l’avenir du JCPOA.

Le critère pour la conclusion du JCPOA est de changer les positions de la République islamique sur le JCPOA d’une part, et d’autre part, les pays occidentaux, en particulier les États-Unis, prennent des mesures concrètes pour relancer le JCPOA, y compris la levée des sanctions.  » (Quotidien public Setareh-e-Sobh, 22 septembre 2021)

La nécessité de prendre des mesures pratiques pour relancer le JCPOA et améliorer essentiellement les relations avec les pays occidentaux est de se retirer dans trois domaines du nucléaire, de la politique régionale, de réduire le soutien au terrorisme et de se retirer du programme de missiles.

Un autre quotidien, faisant référence aux « opportunités brûlées », a écrit :

« Les propos du président n’avaient aucun point positif. Répéter des déclarations répétées et dire des phrases qui ressemblaient plus à des titres.

« Premièrement, dans ce texte, nous devons exprimer nos vues fermes sur la poursuite des négociations, la nécessité d’un allègement des sanctions, le retour de l’argent bloqué, la poursuite de la coopération avec l’AIEA, la question du pétrole et de l’énergie, et les relations de Téhéran avec ses voisins, puis dans un deuxième temps, passons à la question de l’Afghanistan, de la situation au Yémen et en Syrie, et parlons enfin des conditions pandémiques dans le monde. (Aftab-e-Yazd, 22 septembre 2021)

Un autre quotidien s’est également moqué de Raïssi et a écrit :

« Il a commencé par une série de descriptions générales qui commençaient par le fait que nous sommes un vieux pays indépendant et que nous avons nos propres opinions.

« Ces postes n’étaient pas très nouveaux et avaient été annoncés plusieurs fois auparavant.

Comme il n’y avait pas de nouveau mot ou position dans le discours de Raïssi, certains sont susceptibles de s’y opposer, affirmant que l’Iran devrait profiter de l’occasion pour s’adresser à l’Assemblée générale d’une meilleure manière.

« Il y a des critiques, mais il ne vaut ne pas trop traiter cette question au tout début du travail du gouvernement et l’oublier. » (Jahan-e-Sanat, 23 septembre 2021)

Si le régime n’est pas d’accord sur le JCPOA et d’autres questions que les grands pays occidentaux attendent, en plus des négociations nucléaires avec son programme régional d’interférence et de missiles, il n’y aura pas d’accord.

Pendant ce temps, les États-Unis ont déclaré que le régime ne recevrait pas plus des négociations et doivent être convaincus du faible niveau de privilège qu’ils ont accordé au cours des dernières rondes de négociations à Vienne.

Par conséquent, le régime doit soit accepter quelque chose de plus élevé que le JCPOA de 2015 et accepter un JCPOA+ incluant des limitations à ses programmes régionaux et de missiles, ou tout en augmentant les tensions avec ces pays, son dossier nucléaire sera envoyé au Conseil de sécurité de l’ONU, et il doit accepter les conséquences dangereuses.

Ce n’est pas sans raison que le journal Jahan-e-Sanat a conseillé à Raïssi de soigner son discours et ses prises de position sur les affaires étrangères, notamment dans le domaine du nucléaire et des relations avec les États-Unis.

« Le système politique américain et son économie ont une influence énorme, malgré toutes les menaces auxquelles ils sont confrontés, et la Russie et la Chine n’ont jamais actuellement le pouvoir américain.

Par conséquent, il convient de noter que nous ne devrions pas dire que cela ne compte pas pour l’Iran et qu’il n’y a aucun avantage à en tirer. »

Le régime est coincé et doit choisir entre le mal et le pire, et affronter la communauté internationale ne résoudra rien et créera une atmosphère encore plus étouffante.

7,062FansLike
1,111FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

L’économie iranienne est en chute libre

Il n'est pas exagéré de dire que l'économie iranienne est en chute libre. Tous les indicateurs économiques suggèrent que...

Iran : les manifestations contre la flambé du prix du pain

Les observateurs en Iran pensent que des manifestations à l'échelle nationale font suite à la décision du régime iranien...

La fuite des capitaux s’accélèrent en Iran

L'une des crises majeures actuelles de l'économie iranienne est la fuite des capitaux, qui est mise en œuvre par...

L’incurable crise du logement en Iran

Après qu'Ebrahim Raïssi a pris ses fonctions l'année dernière en tant que président du régime iranien, il a promis...

Ce que l’on sait de l’association Al-Movaheddin du régime iranien

L’association caritative Al-Movaheddin du régime iranien a été créée en 1987 par Hussein Marashi, le cousin d'Effat Marashi, qui...

Aucune entreprise étrangère n’est disposée à investir dans les ports du régime iranien

Un bref regard sur l'ampleur des investissements étrangers dans l'économie iranienne révèle la situation réelle de la situation économique...

Doit lire

La dégradation progressive du sol iranien, une menace irréversible

Le sol iranien connaît une mort lente et silencieuse....

La contestation en Iran

Les experts et observateurs du régime iranien expriment ouvertement...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous