Iran and its NeighboursIrakPossible visite d'Ahmadinejad en Irak

Possible visite d’Ahmadinejad en Irak

-

Reuters, Téhéran, le 19 août – Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a accepté une invitation à se rendre dans l’Irak voisin, a dit le ministre des Affaires étrangères de l’Iran dimanche, une initiative qui ne va probablement pas réjouir les Etats-Unis.

Le ministre des Affaires étrangères Manoucher Mottaki a déclaré que le Premier ministre irakien Nouri Al-Maliki avait invité Ahmadinejad après la visite de Maliki à Téhéran les 8 et 9 août, mais il a ajouté qu’une décision finale était encore à prendre.

“Quand la décision finale du voyage sera prise, le calendrier sera rendu public,” a dit Mottaki aux journalistes à Machad, ville du nord-est, selon l’agence de presse ISNA.

Avec des musulmans chi’ites désormais au pouvoir à Bagdad, les liens se sont renforcés entre les deux Etats riches en pétrole depuis 2003, quand les forces américaines ont renversé le président irakien Saddam Hussein, un arabe sunnite qui avait mené une guerre de huit ans contre l’Iran chi’ite dans les années 1980.

L’armée américaine accuse la République islamique de fournir armes et entraînement aux milices derrière la violence qui ravage l’Irak de l’après-Saddam.

L’Iran rejette les accusations et reproche à la présence de forces américaines, au nombre de 162.000 soldats, d’être la cause du chaos.

Téhéran et Washington, qui n’ont pas de relations diplomatiques depuis la révolution islamique d’Iran en 1979, sont aussi en désaccord sur son programme nucléaire controversé. L’Iran dément les accusations Occidentales disant qu’il vise à fabriquer des bombes atomiques.

Bagdad a appelé l’Iran et les Etats-Unis à négocier et à ne pas combattre leurs divergences sur le sol irakien et les deux ennemis ont tenu des pourparlers qui ont fait date à Bagdad en mai et en juillet sur la manière d’améliorer la sécurité en Irak.

Des analystes disent que, malgré leurs accusations mutuelles, les deux vieux ennemis partagent un intérêt dans la fin de la violence en Irak. L’Iran veut un gouvernement amical dirigeant un pays stable tandis qu’un Irak sûr permettrait aux Etats-Unis de se retirer.

Mottaki a dit qu’en ce qui concerne la situation actuelle en Irak, les deux parties ont adopté une “attitude très logiques et réalistes”, selon ISNA.

“Nous comprenons les conditions de l’Amérique en Irak”, a-t-il déclaré, suggérant que le résultat des pourparlers dépendrait des mesures pratiques et des corrections apportées ici à la politique américaine. “À cet égard nous ne sommes pas sans espoir.”

7,224FansLike
1,056FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les manifestations se poursuivent au Khouzistan iranien pour la dixième nuit consécutive

Les habitants de la province iranienne du Khouzistan sont de nouveau descendus dans les rues des villes d'Ahvaz, Dezful,...

La Chine et la Russie se détournent de l’Iran

Les négociations pour relancer l'accord nucléaire iranien JCPOA de 2015 sont au point mort et la tâche du septième...

Iran : « Ne croyez-vous pas que la société explose ?

Esahq Jahangiri, le vice-président iranien, lors d'un rassemblement de responsables du régime, faisant référence aux crises telles que la...

Sommet mondial Iran Libre 2021 : troisième journée

Le troisième et dernier jour du « Sommet mondial de l'Iran libre» s'est tenu lundi, avec cette section de...

Sommet mondial pour un Iran Libre 2021 : 2ième journée

Le 11 juillet 2021 s’est tenu le deuxième jour du Sommet mondial pour un Iran libre 2021, que le...

Sommet mondial Iran Libre 2021 : première journée

Le Sommet mondial Iran Libre 2021 durant trois jours, organisé par le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI),...

Doit lire

Iran : « Ne croyez-vous pas que la société explose ?

Esahq Jahangiri, le vice-président iranien, lors d'un rassemblement de...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous