IranDroits de l'hommeKazem Radjavi : Un défenseur des droits de l’homme...

Kazem Radjavi : Un défenseur des droits de l’homme en Iran dont on se souvient

-

Kazem Radjavi : Un défenseur des droits de l’homme en Iran dont on se souvient

Iran focus – dimanche dernier, le 24 avril, marquait le 26e anniversaire de l’assassinat du professeur Kazem Radjavi. Le professeur Radjavi était un défenseur des droits de l’homme en Iran reconnu et l’ainé de Massoud Radjavi, le dirigeant de l’opposition iranienne organisée.

Le professeur Radjavi avait 56 ans lorsqu’il fut assassin alors qu’il rentrait chez lui dans la ville de Coppet, un village près de Genève. L’assassinat a été perpétré en plein jour par des membres du ministère des Renseignements et de la sécurité (MOIS). Les autorités suisses ont découvert lors de leurs investigations, que 13 agents du gouvernement iranien, dont l’ancien président et un des hommes les plus riches d’Iran – Ali Akbar Hashemi Rafsanjani – étaient impliqués dans l’organisation du meurtre.

Le professeur Radjavi détenait six doctorats en droit, sciences politiques et sociologie des universités de Paris et de Genève. Il était un militant actif pour la liberté en Iran, et il a fondé la Swiss Society for Defence of Iranian Political Prisoners (fondation suisse pour la défense des prisonniers politiques en Iran) en 1971 avec Christian Grobet, résident suisse, qui est devenu par la suite directeur des conseillers du gouvernement.

Le frère de Kazem, Massoud, avait été condamné à mort par le Shah sur des accusations politiques. Kazem avait été en mesure de changer cette peine pour une peine de prison à vie, et Massoud fut relâché en 1979 pendant la révolution iranienne. Après la révolution, Kazem fut le premier ambassadeur de l’Iran aux Nations-Unies. Il a démissionné peu après en protestation contre « les politiques répressives et les activités terroristes des clercs dirigeant l’Iran. »

Après sa démission, il a intensifié sa campagne contre les programmes d’arrestations et de détention arbitraires et les exécutions de masse en Iran. Il a grandement contribué à la nomination d’un rapporteur spécial de l’ONU en Iran, ainsi qu’à la première résolution concernant l’Iran de la commission pour les droits de l’homme à Genève.

On avait déjà menacé le professeur Radjavi avant, dont une fois au siège de l’ONU, lorsqu’un diplomate iranien avait crié « nous te tuerons ! » En 1986, le Guide suprême de l’époque, le rouhollah Khomenei, a lancé une fatwa de mort contre Kazem.

Les assassins de Kazem sont recherchés par les magistrats suisses pour meurtre. L’ancien ministre des Renseignements, Ali Fallahian, fait l’objet d’un mandat d’arrêt international en relation avec le meurtre.

7,224FansLike
1,070FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le JCPOA est devenu un «cadavre puant» pour les dirigeants iraniens

Hossein Shariatmadari, rédacteur en chef du quotidien iranien Kayhan, principal porte-parole du guide suprême du régime Ali Khamenei, a...

Iran : un désastre économique et sociale provoqué par la gabegie des dirigeants

Selon les statistiques mondiales, l'Iran se classe en tête de liste des 10 pays avec la plus forte croissance...

La misère des enseignants iraniens

Alors que le monde célébrait la Journée des enseignants le 5 octobre, pour honorer les enseignants et leur travail...

Indignation publique après l’exécution d’un prisonnier innocent en Iran

Bien qu'il ait été acquitté, Abbas-Gholi Salehi, 42 ans, a été exécuté mercredi dernier par le régime iranien à...

Raïssi demande à la banque centrale de restituer les ressources en devises du régime iranien

Le président du régime iranien Ebrahim Raïssi a ajouté un nouveau fait à son cas d'incompétence et son incapacité...

Les manifestations se poursuivent en Iran en réponse aux crises sociales et économiques actuelles

Ces dernières semaines, de nombreuses manifestations ont eu lieu à travers l'Iran en raison de l'agitation de la société...

Doit lire

L’objectif du sommet de Bagdad et son impact sur le gouvernement iranien

Le Sommet de Bagdad s'est tenu dans la capitale...

Iran : « La conquête du pouvoir par les courtiers et les corrompus »

La faction du Guide suprême iranien Ali Khamenei cherche...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous