IranDroits de l'hommeIran : Les agriculteurs en colère scandent : «...

Iran : Les agriculteurs en colère scandent : « notre ennemi est en Iran, il n’est pas aux États-Unis »

-

Ispahan Iran Khorasgan

Le rassemblement de protestation et les manifestations des agriculteurs dans la province d’Ispahan contre « la mauvaise gestion des ressources en eau » se sont poursuivis vendredi 13 avril.

Selon les rapports, le centre du rassemblement de vendredi était au Kourasgan de la région d’Ispahan et dans d’autres zones alentours. Dans ces vidéos, le slogan « notre ennemi est là, ce n’est pas les États-Unis » et la forte présence des femmes dans la marche étaient remarquables.

Les rapports indiquent également la présence de forces antiémeutes avec des canons équipés de jet d’eau et de gaz lacrymogènes sur le chemin des agriculteurs.

Dans les vidéos sur les réseaux sociaux, le porte-parole du chef de la police s’est également adressé à la foule et a dû faire face à plus de protestations en guise de réponse.

Au même moment, l’Imam de la prière du vendredi à Ispahan a déclaré : « Je ne donnerai plus le droit aux agriculteurs de manifester. » Il a également accusé les manifestants de « ne pas avoir de problème avec l’eau et de seulement vouloir créer une insurrection ; toutes les familles ont reçu de l’argent, il n’y a pas d’eau et aucun doute ne doit subsister. »

Selon l’agence de presse officielle IRNA, un dirigeant du régime, Yousuf Tabatabaye Nejad, a déclaré en réponse aux manifestations : « Les rassemblements de protestation consécutifs et les slogans montrent qu’ils veulent créer une instabilité et le chaos. »

L’est de la région d’Ispahan compte 300 000 habitants qui sont principalement des agriculteurs, mais la sécheresse leur pose des difficultés sévères dans leur travail et leur vie.

Selon le rapport, le partage équitable de l’eau entre les agriculteurs dans l’est d’Ispahan jusqu’à la rivière Zayandehrud, qui est la principale source d’eau, est d’environ 400 millions de mètres cubes d’eau. Mais cette quantité n’a pas été distribuée ces dernières années, et malgré le flux d’eau dans la rivière Zayandehrud à une certaine période depuis l’année dernière, seulement 40 pour cent des 100 000 hectares de terrains meubles dans l’est d’Ispahan ont été cultivés.

Les agriculteurs pensent que l’utilisation non autorisée de l’eau en amont de la rivière Zayandehrud, notamment dans les provinces de Chaharmahal et de Bakhtiari, ainsi que le développement de l’industrie dans les provinces d’Ispahan et de Yazd et le développement d’espaces verts, ont provoqué l’éradication de l’agriculture dans l’est de la région d’Ispahan.

7,224FansLike
1,081FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Même le JCPOA est relancé il ne sauvera pas le régime iranien

Depuis le début de la crise nucléaire du régime iranien, qui a été révélée par le groupe d'opposition iranien...

Indignations à la suite de l’exécution d’un mineur en Iran

Le 24 novembre, le prisonnier iranien Arman Abdolali a été exécuté malgré une campagne internationale pour lui sauver la...

Les agriculteurs continuent de protester à Ispahan contre la pénurie d’eau

Les protestations en cours à Ispahan ont atteint un tournant vendredi. Les agriculteurs ont organisé des manifestations dans le...

La pauvreté s’aggrave en Iran au 100e jour de Raïssi du pouvoir

Ebrahim Raïssi et son gouvernement ont promis au peuple iranien que ses conditions de vie seraient modifiées rapidement après...

Le drame de 1988 en Iran : témoignage de Mahmoud Royaï au procès d’Hamid Noury ​​en Albanie

Les cinq dernières sessions du procès d’Hamid Noury ​​se sont tenues en Albanie. Le lieu du procès a été...

Une loi sur la natalité mais fait reculer le droit à la santé pour les femmes en Iran

Une loi visant à relancer la natalité est entrée en vigueur en Iran, après avoir suscité l'inquiétude sur des...

Doit lire

Les agriculteurs continuent de protester à Ispahan contre la pénurie d’eau

Les protestations en cours à Ispahan ont atteint un...

Faux diplômes vendu pour 9000 dollars en Iran

Au sein du régime iranien, en raison de la...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous