Iran Droits de l'homme Les médecins et infirmières iraniens victimes des négligences criminelles...

Les médecins et infirmières iraniens victimes des négligences criminelles du régime face au coronavirus en Iran

-

Les médecins et infirmières iraniens victimes des négligences criminelles du régime face au coronavirus en Iran

Par Jubin Katiraie

Le coronavirus ne fait pas de différence entre les êtres humains, mais en raison des négligences du régime iranien, de nombreux médecins et infirmiers iraniens comptent parmi les victimes du coronavirus.

Il n’est pas exagéré de dire que l’épidémie de coronavirus a mis le monde au défi. Le nombre de personnes contaminées augmente de jour en jour et le nombre de victimes aussi. Les médecins et les infirmières sont en première ligne du combat contre ce virus mortel. Ils sont chéris et respectés dans toutes les sociétés pour leurs sacrifices.

Au troisième mois de la crise de coronavirus en iran, pas un jour ne s’est écoulé sans la nouvelle du décès de médecins, d’infirmières et du personnel médical dans les centres médicaux des villes iraniennes.

Dès le début de la tragédie, la voix des manifestants s’est élevée contre l’inefficacité du gouvernement. Le 24 février 2020, le personnel de l’hôpital Khomeini d’Amol, l’un des hôpitaux de quarantaine de la ville, a protesté contre le manque d’équipement préventif dans l’hôpital. Ils ont déclaré: “Les équipements préventifs ne répondent pas aux besoins des patients et du personnel médical.”

Jafarzadeh Imen Abadi, un membre du parlement iranien de Rasht, a déclaré à propos de la situation du personnel médical à Rasht: “50 pour cent du personnel médical de Gilan ont le coronavirus. Les installations sont déficientes. Nous n’avons pas de masques de protection et nous devons utiliser 10 000 masques N-95 par jour, et franchement, nous ne pouvons pas garantir la vie de notre personnel médical, car nous avons tellement de pénuries. ”

Outre ces problèmes, les conditions de vie du personnel médical du pays sont catastrophiques. Le personnel médical de l’hôpital Al-Zahra de Rasht a annoncé en février 2020 qu’ils n’ont pas été payés depuis 7 mois.

Le Dr Yousefpour a récemment révélé qu’il avait averti les autorités de la propagation du COVID-19 dans le pays. Cependant, il a été convoqué par le pouvoir judiciaire pour avoir dit la vérité.

Voici les identités du personnel médical qui a sacrifié sa vie pour lutter contre le coronavirus en Iran. La liste n’est pas complète à cause des difficultés et de la censure du régime pour les obtenir:

Narges Khanalizadeh, infirmière à l’hôpital Milad de Lahijan

Ramin Azizi Far, infirmier à l’hôpital Baharlou de Téhéran

Mostafa Samadi de Babol

Ardeshir Shiran d’Ispahan

Mohammad Vosoughi Kia, infirmier dans les hôpitaux Aria et Poursina de Rasht

Mohammad Ali Rabiee de Gilan

Hamid Lotfi de Soomeh Sara

Ali Sheikh Moradi, infirmier à l’hôpital Ghaem de Rasht

Siamak Doshli, médecin de l’hôpital Beheshti, Bandar Anzali

Mohammad Ali Rabiee

Reza Kouchakiania d’Astana

Mohammad Mohammadi de Gilan

Mehdi Fath Abadi, de l’hôpital Chamran, Téhéran

Sorna Mirmirani d’Amol

Zahtab Hosseini et Seyed-al Hosseini du personnel de l’hôpital Golsar de Rasht

Mahrokh Jafari, infirmier à l’hôpital +Fayyaz Bakhsh à Téhéran

Kourosh Goodarzipour de l’hôpital Mofid de Téhéran

Mohammad Bakhsh Alizadeh de Gilan

Vahid Monsef Kasmaei de Gilan

Mohammad Mohammadi

Mohammad Ebrahimi de Gilan

Shahrooz Karimian de l’hôpital Fayyaz, département de la sécurité sociale de Téhéran

Fariba Izadpanahi, infirmière de l’hôpital Beheshti de Shiraz

Ali Akbar Pouyan de Varamin

Goodarzipoor

Soheil Kianfar, urologue à l’hôpital Gil de Rasht

Majid Ardashiri, Faculté de médecine, Université des sciences médicales de Babol

Manouchehr Sadati, Babol University of Medical Sciences

Marzieh Hosseini Nejad, Université des sciences médicales de Babol

Javad Jalali Nia Babol Université des sciences médicales

Jamshid Mohaddesi de Ramsar

Vahid Irvani de Téhéran

Tahmineh Adibi, infirmière aux urgences de l’hôpital d’Anzali

Haniyeh Edalati, un employé de l’hôpital Shafa à Takestan

Anousheh Bikian, sage-femme de l’hôpital Al-Zahra de Rasht

Iman Moinzadeh, infirmier à l’hôpital Kowsar d’Astana Ashrafieh

Gholam Ali Manavian de Miandrood ville de Mazandaran

Shirin Rouhani Rad de l’hôpital Masih Daneshvari de Téhéran

Hassan Arbab, un employé des services d’urgence de l’hôpital Kamyab à Mashhad

Abbas Tusan de Téhéran

7,422FansLike
989FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les Iraniens s’attendent à un changement de régime

Ces jours-ci, des responsables iraniens, dont le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, expriment leur joie face à...

Le gouvernement pille les pauvres agriculteurs en Iran

Ces derniers mois, les récoltes des agriculteurs iraniens se sont dégradées et leur production d’un an a été détruite....

Retour sur les manifestations de novembre de l’année dernière en Iran

En novembre 2019, des manifestations dans près de 200 villes de toutes les provinces d'Iran ont secoué l'establishment islamiste...

Une preneuse d’otages iranienne défend le massacre des manifestants

L'une des personnes responsables de la prise d’otage du personnel de l'ambassade des États-Unis en 1979 a Téhéran, a...

L’Iran et la douloureuse crise de coronavirus

L'Iran a vécu une semaine douloureuse avec le coronavirus. Malgré tous les mensonges et les dissimulations du gouvernement, le...

Iran: la population ne tolère plus le système de gouvernement actuel

Les médias dirigés par l’État iranien ont tenté de cacher les crises socio-économiques du pays ainsi que l’impasse et...

Doit lire

Les médias d’État iraniens reconnaissent l’échec du régime

Par Sia Rajabi Les médias d’État iraniens outrepassent quotidiennement la...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous