Iran Droits de l'homme Les Iraniens s'attendent à un changement de régime

Les Iraniens s’attendent à un changement de régime

-

Ces jours-ci, des responsables iraniens, dont le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, expriment leur joie face à l’évolution de la politique américaine. Ils élèvent manifestement leurs attentes quant à la future administration américaine alors que le sort des récentes élections présidentielles américaines n’est toujours pas définif.

«Et le monde regarde si les nouveaux dirigeants abandonneront l’intimidation désastreuse et anarchique du régime sortant et accepteront le multilatéralisme, la coopération et le respect de [la] loi», a tweeté Zarif. Cependant, il a immédiatement ajouté que «les actes importent le plus», montrant ses inquiétudes pour l’avenir.

Pendant tout ce temps, les autorités iraniennes comme le guide suprême Ali Khamenei et le président Hassan Rohani ont essayé de se montrer indifférentes aux développements américains.

«Quel que soit le résultat, une chose est absolument claire, le déclin politique, civil et moral définitif du régime américain», a réagi Khamenei aux élections américaines sur Twitter.

Cependant, Rohani a implicitement montré son empressement à renégocier avec le «Grand Satan», le terme que les responsables iraniens utilisent pour s’adresser aux États-Unis.

«Nous espérons que ceux qui ont sanctionné ont compris que leur chemin était erroné, qu’ils se trompent et qu’ils n’atteindront pas leurs buts. Nous espérons que l’expérience de trois ans sera une leçon pour eux qui incitera la prochaine administration américaine à succomber à la loi et à la réglementation, et à revenir à tous ses engagements », a déclaré Rohani.

Notamment, Téhéran a annoncé à maintes reprises qu’il n’obéirait pas aux termes de l’accord nucléaire de 2015, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA), et a mis de façon flagrante les restrictions de côté et reprendre l’enrichissement provocateur de l’uranium.

En outre, dans son interview du 22 janvier avec Channel Four à la télévision d’État, le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, Ali-Akbar Salehi, a révélé que son gouvernement avait trompé les négociateurs nucléaires étrangers et le chien de garde sur l’installation d’eau lourde d’Arak.

En 2011, dans son livre intitulé «Sécurité nationale et diplomatie nucléaire», Rohani a révélé que Téhéran exploitait les négociations nucléaires pour atteindre un point de non-retour dans son programme nucléaire.

«Pendant que nous parlions avec les Européens à Téhéran, nous installions des équipements dans certaines parties des installations d’Ispahan. En fait, en créant un environnement calme, nous avons pu terminer le travail à Ispahan », a écrit Rohani.

En d’autres termes, les responsables iraniens ont ouvertement admis qu’ils ne reconnaissent aucun principe et enfreignent toutes les normes pour atteindre leurs objectifs. D’un autre côté, ils ont prouvé que personne ne peut leur faire confiance et ils ne comprennent que le langage de la fermeté et du pouvoir.

À cet égard, Khamenei a raison de dire que peu importe qui prendra le poste aux États-Unis. Parce que, sous le régime des ayatollahs, Téhéran poursuivra ses tentatives pour obtenir des armes nucléaires, déstabiliser le Moyen-Orient et faire chanter le monde par le terrorisme, que les républicains gouvernent les États-Unis ou les démocrates.

Par conséquent, il est très important que le monde continue de faire pression sur le gouvernement iranien pour qu’il mette fin à son aventurisme étranger et à sa répression intérieure, affirment les dissidents iraniens. En avril 2011, l’ancien président américain Barak Obama a souligné que les dictateurs étaient les dirigeants les plus instables. «Le pouvoir des masses peut renverser les autocrates», a-t-il déclaré.

Dans ce contexte, alors que le gouvernement iranien voit davantage de protestations nationales et de fureur publique, parier sur l’effondrement de l’économie des ayatollahs est la dernière option devant les entreprises et les investisseurs étrangers.

Faire confiance aux dirigeants frauduleux et corrompus du régime en Iran ne ferait que conduire le Moyen-Orient vers une plus grande déstabilisation. Les dissidents soulignent que le peuple iranien attend de la communauté internationale qu’elle respecte son désir d’un gouvernement démocratique, qui respecte la vie des gens.

7,328FansLike
990FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les décideurs occidentaux ont ignoré les relations entre l’Iran et Al-Qaïda

Dans un discours récent, l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo a clairement indiqué que les décideurs politiques occidentaux avaient eu...

Les autorités iraniennes insistent sur les châtiments corporels

Alors que le droit international interdit les châtiments corporels, comme la flagellation et l'amputation, les qualifiant de torture, ils...

Iran : Les États-Unis désignent comme terroristes deux piliers de l’empire économique de Khamenei

Le 13 janvier, le Bureau du contrôle des avoirs étrangers (OFAC) du Département américain du Trésor a désigné deux...

Iran – Khamenei interdit l’importation de vaccins pour COVID 19

En Iran, pas un jour ne se passe sans une triste nouvelle de l'augmentation du nombre de décès liés...

Téhéran met en péril la paix mondiale et régionale par un enrichissement illégal d’uranium

Le mardi 5 janvier, Téhéran a annoncé sa nouvelle violation de l'accord nucléaire de 2015 avec les puissances mondiales,...

La leçon à tirer du « grand complot » des services secret des mollahs d’Iran en France

Ces temps-ci, les crimes et manipulations du régime iranien sont de nouveau des sujets de forte attention à différents...

Doit lire

Les médias d’État iraniens reconnaissent l’échec du régime

Par Sia Rajabi Les médias d’État iraniens outrepassent quotidiennement la...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous