IranDroits de l'hommeLes manifestations se poursuivent au Khouzistan iranien pour la...

Les manifestations se poursuivent au Khouzistan iranien pour la dixième nuit consécutive

-

Les habitants de la province iranienne du Khouzistan sont de nouveau descendus dans les rues des villes d’Ahvaz, Dezful, Shadegan, Ramshir, Mahshahr, Khowr-e Musa et Masjed Suleiman.

En outre, les manifestations contre les pénuries d’eau au Khouzistan se sont étendues à d’autres régions d’Iran, et les habitants de Yazdanshahr, dans la province d’Ispahan, et de Karaj, dans la province d’Alborz, et de Bushehr et Bandar-e Genaveh, dans la province de Bushehr, sont descendus dans la rue, déclarant leur solidarité avec des manifestants au Khouzistan.

Pour faire taire les manifestants, les autorités ont mobilisé un nombre important de forces de sécurité et de membres du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) de diverses provinces et les ont envoyés au Khouzistan.

Cependant, les gens qui en ont assez, qui n’ont rien à perdre, ont continué les protestations malgré une atmosphère sécuritaire lourde et les atrocités du gouvernement.

Dans la ville d’Izeh, où la population avait scandé « Mort à [Le chef suprême Ali] Khamenei », les forces de sécurité et les membres du CGRI ont utilisé des balles réelles pour disperser les jeunes rebelles. À la suite de tirs directs sur des manifestants sans défense, plusieurs personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées.

Simultanément, la population a de nouveau envahi les rues à Susangerd et Ramshir malgré la répression cruelle du gouvernement.

À Tabriz, Shadegan et Masjed Suleiman, des Iraniens indignées ont organisé des rassemblements et des marches massifs en faveur d’autres villes. Ils ont appelé les citoyens à s’unir contre le gouvernement oppressif.

A Khowr-e Musa, la population a rejoint les manifestations et a descendu dans la rue. À Behbahan, des manifestants ont incendié des pneus et bloqué plusieurs routes pour ralentir le mouvement des forces d’oppression et empêcher davantage de répression.

A Dezful, des manifestants ont bloqué plusieurs rues. Les forces de sécurité ont tenté de les intimider par des tirs aériens et la poursuite de jeunes. Cependant, ils ont extrêmement résisté et repoussé les forces oppressives.

De plus, des jeunes du district de Sheiban à Ahvaz se sont joints aux manifestations contre les graves pénuries d’eau et ont bloqué la principale route d’accès de la région.

Dans les quartiers de Zargan et Malashie à Ahvaz, la population est de nouveau descendue dans la rue et a scandé des slogans anti-establishment contre la dictature religieuse au pouvoir en Iran.

A Yazdanshahr, dans la province d’Ispahan, les habitants du district d’Eidivand se sont ralliés à la population du Khouzistan . Pour disperser les manifestants, les forces de sécurité les ont attaqués. En réponse, les gens ont résisté et scandé contre Khamenei comme la racine des dilemmes de l’Iran.

A Karaj, dans la province d’Alborz, les habitants du district de Mahdasht sont montés sur les toits et ont scandé en faveur du peuple du Khouzistan . « Le Khouzistan n’est pas seul », ont-ils scandé.

En outre, les habitants des villes de Bushehr et Bandar-e Genaveh sont descendus dans la rue en solidarité avec les manifestants au Khouzistan et ont bloqué plusieurs rues, empêchant le gouvernement d’envoyer des forces d’oppression au Khouzistan .

Les récentes manifestations, qui durent depuis plus une semaine, ont gravement choqué les autorités.

Parallèlement à des mesures d’oppression, ils essaient de dépeindre une image populaire d’eux-mêmes. Khamenei, qui a été la cible de chants indignés, a republié ses propos trompeurs sur Instagram pour échapper à sa responsabilité.

« Les fonctionnaires sont chargés de suivre les problèmes du Khouzistan . Si quelqu’un pense aux gens, ils ne peuvent pas rester à l’aise face aux problèmes difficiles du Khouzistan. C’est une tâche précise, urgente et continue des gouvernements de penser au peuple», a déclaré Khamenei.

D’un autre côté, le gouvernement poursuit les mesures d’oppression et envoie davantage de forces anti-émeutes dans la région. Les autorités ont également perturbé l’Internet mobile pour empêcher la fuite d’informations supplémentaires sur les manifestations du Khouzistan et ouvrir la voie à davantage de répression.

« Les données du réseau NetBlocks confirment une perturbation régionale importante du service Internet mobile en Iran à partir du jeudi 15 juillet 2021, se poursuivant près d’une semaine plus tard à partir du mercredi 21 juillet 2021« , a rapporté l’Observatoire d’Internet NetBlocks, le 21 juillet.

7,062FansLike
1,111FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

L’économie iranienne est en chute libre

Il n'est pas exagéré de dire que l'économie iranienne est en chute libre. Tous les indicateurs économiques suggèrent que...

Iran : les manifestations contre la flambé du prix du pain

Les observateurs en Iran pensent que des manifestations à l'échelle nationale font suite à la décision du régime iranien...

La fuite des capitaux s’accélèrent en Iran

L'une des crises majeures actuelles de l'économie iranienne est la fuite des capitaux, qui est mise en œuvre par...

L’incurable crise du logement en Iran

Après qu'Ebrahim Raïssi a pris ses fonctions l'année dernière en tant que président du régime iranien, il a promis...

Ce que l’on sait de l’association Al-Movaheddin du régime iranien

L’association caritative Al-Movaheddin du régime iranien a été créée en 1987 par Hussein Marashi, le cousin d'Effat Marashi, qui...

Aucune entreprise étrangère n’est disposée à investir dans les ports du régime iranien

Un bref regard sur l'ampleur des investissements étrangers dans l'économie iranienne révèle la situation réelle de la situation économique...

Doit lire

La dégradation progressive du sol iranien, une menace irréversible

Le sol iranien connaît une mort lente et silencieuse....

La contestation en Iran

Les experts et observateurs du régime iranien expriment ouvertement...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous