IranDroits de l'hommeFonctionnaires iraniens : « Nous sommes tous à blâmer...

Fonctionnaires iraniens : « Nous sommes tous à blâmer »

-

En raison de la destruction causé par la guerre Iran-Irak qui a duré huit ans, qui a détruit la province iranienne du sud-ouest le Khouzistan et les autres provinces frontalières, et l’incapacité des responsables du régime pour reconstruire ces provinces, il n’y a pas de place pour s’épanouir dans ces régions. Pire encore, les gardiens de la révolution (CGRI) et d’autres organisations du régime ont poursuivi des objectifs néfastes et des plans sinistres pour cette partie de l’Iran.

Des politiques qui ont conduit à la destruction de l’environnement et ajouté à la dévastation causée par cette guerre illégitime et ont conduit à la pauvreté et au chômage des peuples autochtones de cette région.

Alors que la plupart des installations et des ressources pétrolières, gazières et pétrochimiques de l’Iran se trouvent dans la province du Khouzistan. Les manifestations des personnes démunies du district de Ghizaniyeh d’Ahvaz, avec 83 villages et 250 000 habitants, en raison du manque d’eau potable, ont soulevé la question et l’étonnement de nombreux médias locaux et étrangers : comment la région la plus riche d’Iran, vit une telle situation misérable.

Cependant, après quarante-trois ans de régime oppressif, de nombreux documents ont été révélés qu’un plan vicieux a été développé pour écraser le peuple du Khouzistan, dont aujourd’hui un aperçu est la pénurie d’eau potable.

Mahmoud Ahmadinejad, qui fut président du régime, a révélé il y a quelques jours l’existence d’un “plan sécuritaire” pour un “développement déséquilibré” dans cette province.

Il a déclaré que le Conseil suprême de sécurité nationale avait approuvé un plan après la guerre pour empêcher tout investissement au Khouzistan, car le développement du Khouzistan pourrait être un problème pour le gouvernement.

La province compte cinq grands et importants fleuves dont dépend la vie de ses habitants. En plus de fournir de l’eau potable, ils fournissent également de l’eau aux agriculteurs.

Par conséquent, tout dommage, déviation et insuffisance de ces ressources vitales rendent la vie impossible aux habitants de cette région.

La province a une population d’environ 5 millions d’habitants et a 14% du PIB (principalement dû à l’industrie pétrolière) mais a un taux de participation économique de 40%.

Le chômage de la population âgée de 15 à 24 ans dans cette province est de plus de 33 % et le taux de chômage total est de plus de 25 %. Une part importante des chômeurs est également constituée de diplômés universitaires.

Aussi, plus de 25% de la population est en dessous du seuil de pauvreté et la marginalisation dans la province a gagné la deuxième place au pays ! Des dommages sociaux ont également été placés sur d’autres problèmes, et à cause de tous ces facteurs, la migration de la province vers d’autres parties du pays est l’un des objectifs poursuivis par le régime.

Maintenant, par crainte de la situation sécuritaire soulevée par le comportement du régime dans cette province, de nombreux responsables gouvernementaux effrayés rejettent le blâme sur tous les responsables, en disant :

« Le Khouzistan n’a pas eu tous ces problèmes du jour au lendemain. Il est possible d’interroger du gouvernement Hashemi au gouvernement Rouhani, il est possible d’interroger toutes les Parlement et tous les députés et tous les gouverneurs de cette province. Et cela signifie que dans le cas du Khouzistan, « nous sommes tous à blâmer. » » (Aftab-e-Yazd, 20 juillet 2021)

Mohamad Kianoush Rad, ancien député, a déclaré à propos de cette responsabilité collective : « Malheureusement, tous les gouvernements centraux post-révolutionnaires, de gauche et de droite, réformistes et onservateurs, ont tous été impliqués dans le transfert d’eau des affluents de Karun vers le plateau central de l’Iran pour la consommation dans des secteurs tels que la sidérurgie, l’agriculture et le riz.

« Le peuple du Khouzistan a également réalisé qu’entre «conservateurs » ou « réformistes », entre Hashemi, Khatami ou Ahmadinejad et Rohani, et maintenant Raïssi, il n’y a aucune différence ou changement dans les politiques de macro-transfert d’eau. (Ensaf News, 19 juillet 2021)

Alors que les protestations du peuple du Khouzistan et d’autres provinces se multiplaient lentement, des documents et des plans des gardiens de la révolution ont été exposés. Mojtaba Yousefi, député d’Ahvaz, a protesté contre la mise en œuvre de projets de transfert d’eau non professionnels et confidentiels dans la province depuis le Khouzistan et a déclaré :

“Le Khouzistan a été témoin d’une inondation autodidacte du ministère de l’Énergie en 2019. Parce qu’ils voulaient dire que le Khouzistan avait des ressources en eau excédentaires et il faut les transférer.” (ISNA, 22 juillet 2021)

Des discussions d’experts et des évaluations scientifiques au cours de ces quarante années, qui ont été répétées à plusieurs reprises, ont déclaré que l’eau ne devrait pas être transférée du Khouzistan vers d’autres endroits, ou cela devrait être fait avec le plus grand soin pour préserver l’environnement et la vie de ses habitants.

De nombreux barrages ne devraient pas être construits sur les rivières sinon les dégâts seront énormes et irréversibles. La culture de la canne à sucre ne devrait pas se faire avec toutes sortes de dommages environnementaux dans les plaines qui ne peuvent pas supporter le fardeau de telles mauvaises décisions.

Il n’a jamais attiré l’attention des autorités, et te résultat a été que des millions de personnes sont maintenant à la recherche d’une goutte d’eau.

Une source bien informée du ministère de l’Énergie a déclaré : « Le volume réel et utilisable (d’eau) derrière le barrage de Karkheh est actuellement de 760 millions de mètres cubes sur la base de la surveillance d’aujourd’hui, et avec ce volume de récolte, nous ne sommes qu’à 54 jours de zéro eau du barrage de Karkheh. (Quotidien d’État Hamshahri, 21 juillet 2021)

7,224FansLike
1,066FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19 sur la société iranienne

Les taux de mortalité liés à la Covid-19 en Iran augmentent rapidement, la pandémie a également eu des effets...

 Amnistie internationale condamne l’impunité pour les morts suspectes en prison en Iran

L’ONG Amnistie Internationale s’est basé sur l’examen approfondi des comptes-rendus d’organisations de défense des droits humains et de médias...

L’Iran risque de faire face à une nouvelle oppression

L'Iran risque de faire face à une nouvelle oppression suite à l'annulation des lignes directrices 2030 de l'UNESCO. Le secrétaire...

Mafia de la drogue en Iran : 80 % des drogues ne sont pas traçables

Comme l'a récemment déclaré le porte-parole du Siège pour la lutte contre la traite en Iran, sur les 34...

Le cabinet du gouvernement iranien : le ministre de l’Intérieur recherché par Interpol

Il y a deux semaines, les candidats d'Ebrahim Raïssi aux postes de ministre dans son administration ont été approuvés...

L’équipe de la mafia économique du président iranien

Après avoir présenté les membres de l'équipe économique du président iranien Ebrahim Raïssi, il est devenu clair que ce...

Doit lire

L’objectif du sommet de Bagdad et son impact sur le gouvernement iranien

Le Sommet de Bagdad s'est tenu dans la capitale...

Iran : « La conquête du pouvoir par les courtiers et les corrompus »

La faction du Guide suprême iranien Ali Khamenei cherche...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous