IranDroits de l'hommeRaïssi, la dernière carte du guide suprême iranien ?

Raïssi, la dernière carte du guide suprême iranien ?

-

Avec Ebrahim Raïssi occupant le poste de la présidence des mollahs en Iran, le rêve du guide suprême est devenu réalité, avec une crispation du régime. Il n’y a plus de soi-disant faction réformiste dans les principaux postes du gouvernement, donc Ali Khamenei a perdu sa carte d’avoir une opposition à l’intérieur du pays pour les présenter comme principal coupable de la misère du peuple pour couvrir son régime corrompu. Désormais, les énormes vagues de protestations populaires frapperont directement le palais de Khamenei.

Raïssi a montré qu’il est en place pour sa fidélité au Guide suprême du régime et qu’il n’a pas d’autre mission que de répandre la répression et de répondre au mécontentement par des balles et des gaz lacrymogènes, la torture et l’emprisonnement.

Mais la vérité est que Raïssi n’est pas une opportunité, il est une anti-opportunité. Il est la dernière carte que Khamenei a mise sur la table. Selon Fereydoun Majlesi, ancien diplomate du régime, le gouvernement ne peut pas se permettre la moindre erreur. Il a dit cela avant que Raïssi ne prenne le pouvoir.

« La synergie des crises internes a averti le gouvernement que la société n’a pas la patience de supporter cette situation et que le seuil de la patience de la population a atteint son état le plus fragile. Par conséquent, il n’y a plus de chance et d’opportunité pour l’aventure.»

Parce que le gouvernement, même s’il est confié à des gens comme Ibrahim Raïssi , n’a plus la possibilité de se tromper. (Diplomatie Irani, 22 mai 2021)

Raïssi n’est donc pas une bouée de sauvetage après tout ; il est juste une version entre le mal et le pire. En boycottant le spectacle électoral et une série de soulèvements, la société a montré qu’elle ne cherchait pas de solution au sein du régime, une solution qui a échoué.

Lever les poings, montrer les dents et dévoiler des modèles de missiles et de drones ne fait plus autorité et ne fait que refléter des faiblesses fondamentales. Cela a également été compris par les éléments de ce régime.

« Nous ne pouvons pas uniquement nous fier aux capacités militaires de Poutine et aux incitations irréalistes et au génie de Xi Jinping et tester la scène sociale par des plans de pseudo-sécurité et réduire chaque jour le lien du pays avec le monde. » (Quotidien d’État Hamdeli, 7 août 2021)

Le résultat de la prise de pouvoir de Raïssi est que les fondements de ce régime sont bancals dans tous les domaines. Le régime n’a désormais ni autorité ni pouvoir, ni militairement, ni idéologiquement, ni économiquement, ni politiquement. C’est une réalité dont ils parlent eux-mêmes :

« Avec deux actions classiques d’approbation et d’investiture, la présidence d’Ibrahim Raïssi a été reconnue. Il est dans une position où, selon Michael Mann, quatre sources de pouvoir ( le pouvoir militaire, idéologique, économique et politique), sont chacun dans une position particulière.

« Le pouvoir militaire est sous la loupe de l’opposition étrangère, et ils essaient de le limiter, et le pouvoir idéologique a perdu son ancienne influence dans l’arène publique, et le pouvoir économique dépendant du pétrole n’a pas de bonnes conditions et dépend du JCPOA. Le pouvoir politique a perdu son hégémonie. » (quotidien d’État Shargh, 7 août 2021)

La faiblesse se propagent comme un virus parmi les responsables et les éléments du régime. Cela était évident dans les discours de certains d’entre eux lors de l’investiture de Raïssi . Ce qui est devenu une catastrophe pour le régime.

« Les discours des estimés présidents du Parlement et de la magistrature lors de la cérémonie d’inauguration et en présence de représentants de plus de soixante-dix pays étaient faibles. Ce n’était pas au niveau de la révolution et de la République islamique d’Iran. L’accent de leurs discours était sur des questions telles que la corruption et les problèmes de moyens de subsistance et le chômage et l’impact des sanctions. » (Tazeh News, 6 août 2021)

Le résultat pour le régime, ce sont les avertissements constants d’être renversé.

« Des pressions économiques inquiétantes, ainsi qu’une mortalité élevée due aux épidémies et à l’inefficacité des institutions décisionnelles, finissent par amener la population en détresse à un point où elle n’aura plus rien à perdre. Et c’est un processus dangereux. » (Mostaghel, 7 août 2021)

7,062FansLike
1,086FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crises incurables du régime iranien

Au cours des dernières années, les crises incurables du régime iranien ont conduit à une augmentation des protestations et...

En abattant PS752, le gouvernement iranien érode davantage la « confiance » du public

Certains événements provoquent une érosion de la « confiance », en particulier lorsque ces événements sont organisés par un...

Tumulte maximal au sein du régime iranien

À l'occasion du deuxième anniversaire de l'assassinat de Qassem Soleimani, de nombreux responsables iraniens ont parlé de vengeance. Dans...

Le budget bancal du gouvernement iranien

L'économie iranienne est en ruine. Les principaux problèmes de l'Iran sont de faibles taux de production et un niveau...

Le budget du gouvernement Raïssi favorise le clan au pouvoir en Iran

Le budget annuel dans la plupart des pays du monde est élaboré au cours d'un processus minutieux, impliquant une...

Comment Princeton a sacrifié un des siens pour maintenir ses liens avec les mollahs en Iran

Xiyue Wang, un ancien prisonnier américain qui a passé trois ans en Iran, a poursuivi l'Université de Princeton pour...

Doit lire

Les routes de la mort en Iran

Selon les médias d'État iraniens, au premier semestre 2021,...

Les agriculteurs continuent de protester à Ispahan contre la pénurie d’eau

Les protestations en cours à Ispahan ont atteint un...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous