IranDroits de l'hommeL'Iran risque de faire face à une nouvelle oppression

L’Iran risque de faire face à une nouvelle oppression

-

L’Iran risque de faire face à une nouvelle oppression suite à l’annulation des lignes directrices 2030 de l’UNESCO.

Le secrétaire du Conseil suprême de la révolution culturelle (SCCR), Saeed Reza Ameli, a annoncé lundi 13 septembre que le président du régime iranien, Ebrahim Raïssi, avait officiellement annulé l’adhésion de l’Iran à l’Agenda 2030 pour l’éducation de l’UNESCO.

Dans sa décision d’abroger le Document de 2030, Raïssi a appelé à l’annulation définitive de tous les documents, déclarations et réglementations contraires aux principes fondamentaux du système éducatif du régime, du SCCR et du Parlement.

Ameli a expliqué que « de nombreuses lois internationales sont conçues dans le cadre d’une structure de pensée libérale » et qu’elles négligent donc d’inclure le « rôle existentiel de Dieu, la laïcité et le matérialisme ». Il a déclaré qu’à cause de cela, « vous ne voyez pas l’éducation et un système culturel qui repose sur des lois religieuses et des réglementations théologiques ».

L’Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable présente une liste de normes de l’UNESCO conçues pour enseigner aux enfants les bases des thèmes de l’environnement, des droits de l’homme et de l’élimination de la discrimination dans la société.

L’UNESCO a indiqué, sur son site Web, que l’objectif de l’agenda 2030 est de « donner aux personnes les connaissances, les compétences et les valeurs nécessaires pour vivre dans la dignité, construire leur vie et contribuer à leur société ».

L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté ce document en septembre 2015. Leur objectif était d’améliorer considérablement la qualité de l’éducation dans le monde. De nombreux États membres ont signé le document et ont accepté d’améliorer l’éducation dans leur propre pays, ainsi que d’améliorer les mesures de protection des enfants contre les abus et de promouvoir l’égalité des sexes.

Lors d’une réunion en 2017, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a fustigé l’agenda 2030 en déclarant : « L’agenda de l’éducation 2030 de l’UNESCO et autres ne sont pas des agendas auxquels la République islamique d’Iran devrait se rendre et se soumettre.

Il a également publié sur son site Web : « Pourquoi une communauté dite « internationale », qui est définitivement infiltrée par les superpuissances, devrait-elle avoir le droit de prendre des décisions pour les nations du monde entier concernant leurs différentes cultures ? ».

Avant la réunion, 151 membres du parlement iranien avaient signé une lettre adressée au président de l’époque, Hassan Rohani, exigeant que l’agenda 2030 soit officiellement retiré. Quatre ans plus tard, cette décision est désormais appliquée. Ameli a expliqué qu’à la fin de l’administration présidentielle de Rohani, le gouvernement faisait face à un arriéré de 29 résolutions du Conseil suprême de la révolution culturelle, que l’administration de Raïssi doit mettre en œuvre.

Alors que différentes administrations tout au long de l’histoire du régime iranien se sont moquées des conventions internationales et des traités relatifs aux droits de l’homme en les violant au nom d’une « démocratie religieuse », l’annulation et le refus d’un tel engagement dans ses formes les plus fragiles ne font qu’indiquer l’antagonisme entre les dirigeants actuels et les droits de l’homme.

La misogynie et l’oppression des femmes iraniennes et de la jeunesse iranienne ont toujours été une caractéristique du régime iranien, et ce rejet n’est que le dernier coup porté à leurs luttes.

Le guide suprême Ali Khamenei fait évidemment tout ce qu’il peut pour conserver son pouvoir, d’autant plus qu’une fusion potentielle entre le ministère du Renseignement et le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) est en préparation.

7,224FansLike
1,070FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les protestations vont s’intensifier avec l’aggravation de la crise économique en Iran

Alors que les conditions économiques en Iran s'aggravent de jour en jour, les citoyens iraniens se mobilisent pour protester...

Les fillettes victimes des lois moyenâgeuses en Iran

Au premier semestre de cette année, 791 bébés sont nés en Iran de mères qui sont elles-mêmes des enfants...

Le JCPOA est devenu un «cadavre puant» pour les dirigeants iraniens

Hossein Shariatmadari, rédacteur en chef du quotidien iranien Kayhan, principal porte-parole du guide suprême du régime Ali Khamenei, a...

Iran : un désastre économique et sociale provoqué par la gabegie des dirigeants

Selon les statistiques mondiales, l'Iran se classe en tête de liste des 10 pays avec la plus forte croissance...

La misère des enseignants iraniens

Alors que le monde célébrait la Journée des enseignants le 5 octobre, pour honorer les enseignants et leur travail...

Indignation publique après l’exécution d’un prisonnier innocent en Iran

Bien qu'il ait été acquitté, Abbas-Gholi Salehi, 42 ans, a été exécuté mercredi dernier par le régime iranien à...

Doit lire

L’objectif du sommet de Bagdad et son impact sur le gouvernement iranien

Le Sommet de Bagdad s'est tenu dans la capitale...

Iran : « La conquête du pouvoir par les courtiers et les corrompus »

La faction du Guide suprême iranien Ali Khamenei cherche...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous