IranDroits de l'homme Amnistie internationale condamne l’impunité pour les morts suspectes en...

 Amnistie internationale condamne l’impunité pour les morts suspectes en prison en Iran

-

L’ONG Amnistie Internationale s’est basé sur l’examen approfondi des comptes-rendus d’organisations de défense des droits humains et de médias crédibles pour exhorter les membres du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, à mettre en place un mécanisme d’enquête pour recueillir les preuves des crimes commis en Iran.

Amnesty International a dénoncé le « climat d’impunité » systémique en Iran face à la mort en détention d’au moins 70 personnes en dix ans malgré des informations indiquant que nombre de ces décès étaient liés à l’usage de la torture.

Les autorités iraniennes « se sont abstenues d’établir les responsabilités dans au moins 72 cas de morts en détention depuis janvier 2010 » malgré des informations indiquant qu’ils étaient dus au recours à la « torture ou autres mauvais traitements, ou à l’usage illégal d’armes à feu et de gaz lacrymogène par des agents de l’État », a déclaré Amnesty dans un communiqué publié mercredi.

Le dernier cas recensé concerne Yasser Mangouri. Sa mort a été annoncée à sa famille le 8 septembre par des agents du Renseignement dans le nord-ouest de l’Iran, a rapporté l’organisation.

Yasser Mangouri est mort « dans des circonstances suspectes » qui illustrent « le climat général d’impunité qui incite les forces de sécurité à bafouer le droit à la vie des prisonniers sans craindre d’en subir les conséquences », a déclaré Heba Morayef, directrice à Amnesty.

Le 24 août, le chef des prisons a reconnu qu’un « comportement inacceptable » s’était tenu dans une prison de Téhéran après la publication à l’étranger de vidéos prétendument obtenues par des pirates informatiques montrant des violences contre des détenus.

Des « tortures physiques et autres mauvais traitements » ont causé la mort de 46 des 72 détenus, selon le communiqué.

Quinze autres sont morts après l’usage, par des gardiens de prison, d’armes à feu et de gaz lacrymogène pour réprimer des mouvements de protestation liés à la santé pendant la pandémie de Covid-19, selon la même source.

En juillet, Amnesty et d’autres ONG ont exhorté les membres du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à mettre en place un mécanisme d’enquête pour recueillir et analyser les preuves des crimes les plus graves commis dans la République islamique.

7,224FansLike
1,070FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les protestations vont s’intensifier avec l’aggravation de la crise économique en Iran

Alors que les conditions économiques en Iran s'aggravent de jour en jour, les citoyens iraniens se mobilisent pour protester...

Les fillettes victimes des lois moyenâgeuses en Iran

Au premier semestre de cette année, 791 bébés sont nés en Iran de mères qui sont elles-mêmes des enfants...

Le JCPOA est devenu un «cadavre puant» pour les dirigeants iraniens

Hossein Shariatmadari, rédacteur en chef du quotidien iranien Kayhan, principal porte-parole du guide suprême du régime Ali Khamenei, a...

Iran : un désastre économique et sociale provoqué par la gabegie des dirigeants

Selon les statistiques mondiales, l'Iran se classe en tête de liste des 10 pays avec la plus forte croissance...

La misère des enseignants iraniens

Alors que le monde célébrait la Journée des enseignants le 5 octobre, pour honorer les enseignants et leur travail...

Indignation publique après l’exécution d’un prisonnier innocent en Iran

Bien qu'il ait été acquitté, Abbas-Gholi Salehi, 42 ans, a été exécuté mercredi dernier par le régime iranien à...

Doit lire

L’objectif du sommet de Bagdad et son impact sur le gouvernement iranien

Le Sommet de Bagdad s'est tenu dans la capitale...

Iran : « La conquête du pouvoir par les courtiers et les corrompus »

La faction du Guide suprême iranien Ali Khamenei cherche...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous