IranDroits de l'hommeL'Irano-américain Kian Tajbakhsh croit en sa libération prochaine

L’Irano-américain Kian Tajbakhsh croit en sa libération prochaine

-

AFP, Téhéran, 11 septembre – Le sociologue irano-américain Kian Tajbakhsh, détenu en Iran depuis mai pour actions contre la sécurité nationale, a affirmé mardi qu’il serait prochainement libéré, dans une affaire qui a contribué à aggraver les tensions avec les Etats-Unis.

Cette libération serait la deuxième après celle de l’universitaire irano-américaine Haleh Esfandiari, qui a quitté le pays au début du mois.

Arrêtés en mai à Téhéran avec l’homme d’affaires irano-américain Ali Shakeri, Mme Esfandiari et M. Tajbakhsh ont été présentés par les autorités iraniennes comme étant au service des Etats-Unis pour contribuer à une « révolution de velours » en Iran.

Washington a qualifié ces accusations de « ridicules ».

Mardi, M. Tajbakhsh a été présenté de façon inopinée à des journalistes iraniens et étrangers convoqués pour un point de presse à la prison d’Evine, dans le nord de la capitale.

« Je m’attends à être relché bientôt, mais je ne sais pas quand exactement », a dit le prisonnier, habillé en civil.

Peu après, Ali Reza Jamshidi, porte-parole du ministère de la Justice, a dit à la presse qu’une « décision pourrait être prise d’ici un à deux jours, mais elle revient au juge ».

Comme l’avait fait Mme Esfandiari au moment de sortir de la prison d’Evine, M. Tajbakhsh a évoqué ses conditions de détention, qu’il a qualifiées de « bonnes ».

« Je suis dans une cellule d’isolement, j’ai une table et une télévision, et des sanitaires », a dit le prisonnier dans un jardin d’Evine.

M. Jamshidi a précisé qu’il n’y avait pas de cellule d’isolement dans les prisons iraniennes mais qu’il s’agissait de « suites » dans lesquelles certains prisonniers sont détenus.

« Une suite d’isolement possède tous les conforts nécessaires. Cela signifie simplement que le prisonniers n’a pas de contact avec d’autres prisonniers », a précisé M. Jamshidi.

« J’ai des visites hebdomadaires de ma femme », a précisé M. Tajbakhsh, en ajoutant qu’il pouvait « lui parler par téléphone presque chaque soir ».

« Mais je n’ai pas le droit d’utiliser la piscine » de la prison, a-t-il toutefois ajouté.

Le prisonnier, qui s’exprimait en anglais et en persan, a refusé de préciser les motifs avancés par les autorités pour justifier sa détention.

« Bien entendu, on m’a dit pourquoi j’étais détenu, mais je préfère ne pas discuter de ces questions à ce stade, a-t-il expliqué. L’enquête suit son cours, il n’y a aucune charge formelle dans l’affaire. »

La justice iranienne avait annoncé le 12 août que l’enquête sur M. Tajbakhsh et Mme Esfandiari était bouclée.

Ces deux derniers étaient apparus fin juillet dans un programme intitulé « Au nom de la démocratie » diffusé par la télévision iranienne. Ils y indiquaient à demi-mots avoir été impliqués dans une opération visant, selon les autorités, à « déstabiliser le régime ».

Washington avait vigoureusement protesté contre ce programme, en dénonçant des propos obtenus sous la contrainte.

M. Tajbakhsh a démenti mardi que ses propos constituaient une « confession ». « Je ne considère pas cela comme une confession, a-t-il dit. Tant que je ne suis pas mis en accusation, je ne peux répondre d’aucune accusation. »

Mme Esfandiari, 67 ans, a été libérée le 21 août après le versement d’une caution de trois milliards de rials (320.000 dollars). Elle a quitté le pays le 2 septembre.

Les autorités américaines ont exprimé à cette occasion leur satisfaction.

Une quatrième Irano-américaine, la journaliste Parnaz Azima, arrêtée puis libérée sous caution, a été accusée de travailler pour une radio « contre-révolutionnaire », Radio Farda, financée par le gouvernement américain et basée à Prague.

Mme Azima a récemment récupéré son passeport et entend quitter le pays.

L’Iran, qui ne reconnaît pas la double nationalité, avait rejeté à plusieurs reprises les demandes de libération de Washington en affirmant que leur cas ne concernait pas les Etats-Unis.

7,062FansLike
1,087FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crises incurables du régime iranien

Au cours des dernières années, les crises incurables du régime iranien ont conduit à une augmentation des protestations et...

En abattant PS752, le gouvernement iranien érode davantage la « confiance » du public

Certains événements provoquent une érosion de la « confiance », en particulier lorsque ces événements sont organisés par un...

Tumulte maximal au sein du régime iranien

À l'occasion du deuxième anniversaire de l'assassinat de Qassem Soleimani, de nombreux responsables iraniens ont parlé de vengeance. Dans...

Le budget bancal du gouvernement iranien

L'économie iranienne est en ruine. Les principaux problèmes de l'Iran sont de faibles taux de production et un niveau...

Le budget du gouvernement Raïssi favorise le clan au pouvoir en Iran

Le budget annuel dans la plupart des pays du monde est élaboré au cours d'un processus minutieux, impliquant une...

Comment Princeton a sacrifié un des siens pour maintenir ses liens avec les mollahs en Iran

Xiyue Wang, un ancien prisonnier américain qui a passé trois ans en Iran, a poursuivi l'Université de Princeton pour...

Doit lire

Les routes de la mort en Iran

Selon les médias d'État iraniens, au premier semestre 2021,...

Les agriculteurs continuent de protester à Ispahan contre la pénurie d’eau

Les protestations en cours à Ispahan ont atteint un...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous